Imams détachés : "Je propose de d'abord faire un tri au niveau international", déclare le recteur de la Grande mosquée de Paris

franceinfo
·1 min de lecture

Parmi les propositions d’Emmanuel Macron pour "s’attaquer au séparatisme islamiste" figure la fin des imams détachés, c’est-à-dire la fin du système de formation des imams à l'étranger envoyés par d'autres pays, comme la Turquie et l'Algérie.

>> Ecole à domicile "strictement limitée", formation des imams... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

Pour Chems-Eddine Hafiz, le recteur de la Grande mosquée de Paris, la fin des imams détachés "n’est pas réalisable" en quatre ans comme le voudrait le président de la République. Si "c’est un vrai problème", selon le recteur, il estime qu’il faut "d'abord faire un tri au niveau international, on ne peut pas mettre tout le monde dans le même sac".

franceinfo : Emmanuel Macron a déclaré la fin des imams détachés, la fin des imams étrangers payés par les pays d'origine en quatre ans, est-ce réalisable ?

Chems-Eddine Hafiz : Non, ce n'est pas réalisable et je pense que le président de la République est conscient de cela. Il a fait un discours pour émettre un vœu et pour adresser un message à la population en disant que ce n'est pas (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi