Les images de renards piégés puis tués par un homme dans le Tarn provoquent la colère

·2 min de lecture

Un naturaliste a publié une vidéo dans laquelle un Tarnais filme des renards pris au piège. Avec ce document, il veut interpeller et sensibiliser les politiques afin de faire interdire cette pratique. 

«Insoutenables» ; «horribles» ; «c’est du sadisme». Le naturaliste Pierre Rigaux a publié lundi une vidéo difficile à regarder dans laquelle un homme féru de piégeages de renard expose ses butins vivants, afin de dénoncer cette pratique pourtant légale. Dans le document d’environ deux minutes, des images «peu communes, obtenues grâce à un lanceur d'alerte» et filmées dans le Tarn entre juillet 2020 et janvier 2021.

On y voit des canidés qui se débattent de toutes leurs forces pour fuir, avec en fond sonore, les commentaires du piégeur lui-même qui explique comment il a capturé les animaux. Durant plusieurs minutes, il filme les animaux en souffrance. Certains d’entre eux sont ensanglantés après avoir tenté pendant toute une nuit de se libérer d’un piège à lacet. Debout devant l’animal, le piégeur lâche : «magnifique !». «A chaque fois, ce piégeur prend le temps d’admirer l’animal. Il l’admire pendant de longues minutes avant de le tuer», écrit Pierre Rigaux. A la fin de la vidéo, l’homme prend la pose avec sa fille aux côtés d’un renard mort et d’un fusil. Il tient dans ses mains un sac en plastique dans lequel il est écrit au feutre «44 renards». A l’intérieur : les queues des proies.

Ce document publié par le naturaliste, auteur de plusieurs livres sur la faune sauvage, a suscité une grande indignation sur les réseaux sociaux, beaucoup de personnes ne connaissant pas cette pratique jugée pourtant légale par l’Etat. Car, le renard est une espèce classée «susceptible d'occasionner des dégâts». Selon Légifrance, il peut ainsi être «piégé en tout lieu» par le biais de «collets, de fabrication industrielle ou artisanale, homologués». «Le piégeage de renard est un faux débat. C’est une espèce qui se porte très bien et(...)


Lire la suite sur Paris Match