Publicité

Non, ces images ne prouvent pas que les objets bleus sont protégés des incendies au Chili

Dans le sillage des incendies qui ravagent le centre du Chili depuis le 2 février, plusieurs publications prétendent prouver que les objets et les bâtiments de couleur bleue échapperaient aux flammes. Ces affirmations, basées sur une théorie du complot ancienne, sont sans fondement.

La vérification en bref

  • À la suite des incendies qui ont dévasté la région de Valparaiso, au Chili, plusieurs publications prétendent montrer que les objets et les bâtiments bleus résisteraient miraculeusement aux flammes. Certaines de ces publications affirment que “des Chiliens ont commencé à peindre leurs maisons et leurs toits” pour se protéger.

  • Ces affirmations se basent sur une théorie du complot ancienne, affirmant que les feux de forêt seraient causés artificiellement par des “armes à énergie dirigée”, via des lasers qui laisseraient intacts les objets bleus.

  • Mais les images avancées ne prouvent pas cette théorie. Sur celles montrant des objets bleus préservés, des structures d’autres couleurs ont également été épargnées. La vidéo sur laquelle on peut voir un homme repeignant son toit en bleu montre quant à elle une personne déjà partisane de cette théorie.

  • Le rôle d’une récente vague de chaleur et de la sécheresse est attesté par plusieurs experts dans le cas des incendies au Chili. Des enquêtes sur de possibles allumages criminels sont par ailleurs en cours.

Le détail de la vérification

Les termes “direct energy weapons” font référence à une théorie du complot selon laquelle les feux de forêt seraient allumés par des gouvernements ou des groupes d’influence à l’aide d’”armes à énergie dirigée”.


Lire la suite sur Les Observateurs - France 24