Ces images de l'incendie d'une station service n'ont pas été prises en RDC mais au Burundi

Alors qu’une pénurie d’essence a frappé Kinshasa début septembre, la capitale de RDC, un message partagé sur Facebook évoquait un vaste incendie dans une station-service de la ville, photos à l'appui. Mais c'est faux, selon le porte-parole de la police congolaise, qui n'a pas trouvé trace d'un tel incendie. Les photos qui accompagnent ces publications montrent en fait un incendie qui a ravagé une station à Bujumbura, au Burundi voisin, et non en République démocratique du Congo.

"Rdc Kinshasa : Station bayaka a ngiringiri. Toutes les motos qui faisaient la queue en attente du carburant réduites en cendre suite à un mauvais contact", alerte une publication Facebook partagée en République démocratique du Congo (RDC) le 10 septembre 2022.

Un message similaire est repris par d'autres comptes Facebook (1,2).

Il est à chaque fois associé à une série d’images. L’une d’elles montre une épaisse fumée noire qui surplombe une route bondée. Les autres clichés laissent apparaître des motos calcinées et entassées dans une station de service au nom de "BUPP".

Cette rumeur a largement circulé quelques jours après qu'une pénurie de carburant a été constatée en RDC début septembre.

Mais le message qui annonce un incendie dramatique dans une station-service à Kinshasa est faux.

Aucune trace de l'incendie

"On a vérifié, c'est une fausse histoire, aucune presse n'a parlé de ça ... aucune radio, aucun événement n'a été enregistré dans ce sens, c'est une 'fake news'", a affirme à l’AFP Pierrot Mwanamputu, porte-parole de la police nationale congolaise, contacté le 16 septembre 2022.

Dans les commentaires de ces publications sur Facebook, de nombreux internautes affirment que les photos ont en fait été prises au Burundi voisin et non en RDC.

En tapant les mots-clés "incendie", "station essence" et "Bujumbura" dans le moteur de recherche de Facebook, nous avons trouvé plusieurs publications qui partagent les mêmes photos, mais évoquent un incendie à Bujumbura au Burundi. Certaines mentionnent le média burundais Jimbere.

Nous avons ensuite retrouvé les images sur les comptes Twitter et Facebook du magazine, qui les a publiées le 8 septembre 2022.

Elles montrent selon ce média un "incendie à la station BUPP située sur la 11è avenue en zone Kamenge, ce 08/09/2022. Ce feu, maîtrisé, aurait survenu d'une des pompes à carburant de la station".

"Je confirme que les images sur l'incendie survenue sur la Station BUPP sur la 11ème avenue, ont été prises par notre reporter Olivier Manirambona", a affirmé le rédacteur en chef de Jimbere magazine, Christian Bigirimana, contacté par l'AFP. "C'est triste qu'elles soient utilisées injustement ailleurs."

Le porte-parole du ministère burundais de la Sécurité et de la Police nous a redirigés vers un tweet du ministère burundais de l’Intérieur selon lequel "l'intervention rapide de la police a empêché l'embrasement des alentours par l'incendie survenu vers 16h00 à partir d'une des motos en file pour l'approvisionnement en carburant à la station BUPP."

Une file de voitures attend devant une station de service, le 15 mai 2000 à Kinshasa, où les pénuries de carburant sont légion. ( AFP / DESIREY MINKOH)

Stations-services à sec

Fin août, le média international Africanews rapportait que plusieurs stations-service étaient à sec à Bujumbura, la capitale économique du Burundi.

De l'autre coté de la frontière, début septembre, l’AFP signalait une pénurie d'essence massive à Kinshasa, qui a provoqué de longues files d'attente devant les stations-service et des énormes embouteillages.

Dans un communiqué, le ministère congolais des Hydrocarbures avait indiqué avoir enregistré une baisse significative de stocks de carburant dans le pays et imposé aux pétroliers distributeurs de rationner les ventes à la pompe.

A Kinshasa, la pénurie est désormais passée. Le gouvernement a réajusté les prix pays le 16 septembre 2022.

"Ce réajustement des prix tient compte de l’évolution récente des paramètres de la structure des prix et vise également le maintien de l'équilibre du système d’approvisionnement du pays en produits pétroliers", souligne un communiqué du ministère congolais de l’Economie nationale.