Image ou réalité médicale : pourquoi dit-on que l'on a une peur "bleue" ?

·1 min de lecture

Un bruit qui nous fait sursauter, une souris qui se faufile sous nos pieds, un film d'horreur bien sanglant… Qui n'a jamais été frappé d'une "peur bleue" ? Si l'on connait le sentiment, on ignore souvent que cette expression trouve son origine dans une réalité physique. En effet, lorsque l'on connait une émotion forte, nos lèvres et nos ongles ont tendance à bleuir, explique le neurologue Laurent Vercueil jeudi au micro d'Europe 1.

Manque d'oxygène dans le sang

Sous l'effet de la peur, il est courant de retenir quelques secondes sa respiration. "Cette apnée, si courte soit-elle, entraîne l'arrêt de l'échange oxygène-gaz carbonique habituel. Le sang qui passe dans les poumons à ce moment-là ne reçoit pas d'oxygène", raconte Laurent Vercueil. 

>> Retrouvez l'intégralité de Sans rendez-vous en replay et en podcast ici

Sauf que c'est précisément l'oxygène qui donne au sang sa teinte vive. La légère insuffisance d'oxygène provoquée par l'apnée altère de fait la couleur du sang circulant dans nos artères, entraînant de fait une coloration bleutée au niveau des extrémités du corps. 


Retrouvez cet article sur Europe1