Ils tuent un intrus qui était entré dans la maison, c'était en fait leur frère

Deux hommes ont été arrêtés pour avoir tué leur frère, qu'ils n'auraient pas reconnu - Getty Images (Getty Images)

Depuis le 4 janvier 2023, deux hommes âgés de 57 et 61 ans sont accusés du meurtre de leur frère de 60 ans. Ils ont prétendu qu’ils ne l’avaient pas reconnu et qu’ils l’avaient pris pour un intrus.

Drame aussi terrible qu’improbable à Cancale, dans le département de l’Ille-et-Vilaine. Le mercredi 4 janvier dernier, deux hommes ont été arrêtés pour le meurtre de leur frère alors qu’ils préparaient les obsèques de leur père mort peu de temps auparavant, rapporte le site d’informations Actu.fr. L’un des deux accusés a expliqué aux policiers qu’il n’avait pas reconnu son frère et l’avait pris pour un intrus. L’autre, qui prétend ne pas être impliqué, a vu sa demande de remise en liberté rejetée par la chambre d’instruction de la cour d’appel de Rennes.

Il est environ 3 heures du matin le 4 janvier 2023 lorsque les gendarmes sont appelés rue de la Basse Ville Garnier à Cancale. Au téléphone, un homme leur explique que quelqu’un a essayé de s’introduire à son domicile. Sur place, les fonctionnaires trouvent l’appelant et son frère passablement ivres, ainsi que le supposé inconnu qui gît dans son sang. L’homme est dans un état critique mais il est encore vivant. Il est donc rapidement pris en charge par les secours mais meurt dans la journée du lendemain. A ce stade, les deux frères, âgés de 57 et 61 ans, prétendent toujours ne pas connaître celui qui est entré chez eux. Il suffit pourtant aux policiers d’ouvrir le portefeuille de la victime pour l’identifier : il s’agit du frère des deux hommes, âgé de 60 ans.

Leur propre frère pris pour un intrus

Interrogé par les gendarmes, le plus jeune de la fratrie confesse qu’il s’est “jeté sur lui”, l’a “roué de coups” et s’est "acharné" sur celui qu’il prétend avoir pris pour un intrus. Il explique aussi que son frère aîné, désigné par nos confrères comme Eric T., a porté des coups de pieds au visage de la victime. Le troisième homme affirme pourtant quant à lui qu’il a perdu connaissance à cause de l’alcool et qu’il n’a donc pas asséné le moindre coup. L’un comme l’autre avaient consommé du whisky, du pastis, une bouteille de vin et des digestifs avant le drame.

Eric T. a donc récemment demandé sa remise en liberté par l’entremise de son avocat, Me Hugo Lévy, affirmant que son client ne chercherait pas à échapper à ses responsabilités et ferait tout pour que la manifestation de la vérité puisse apparaître. Une défense qui n’a convaincu personne puisque sa demande a été rejetée et que l’avocate générale a ironisé sur la situation : “faites attention parce que quand vous rentrez chez lui, vous avez intérêt à vous annoncer”.

Ce contenu peut également vous intéresser