« Illisible et discriminante » : bientôt une loi contre l’écriture inclusive ?

Par Alice Pairo-Vasseur
·1 min de lecture
François Jolivet, député LREM de l’Indre, explique vouloir lutter « contre une écriture brouillant la nature même des messages ».
François Jolivet, député LREM de l’Indre, explique vouloir lutter « contre une écriture brouillant la nature même des messages ».

« S'attaquer à l'orthographe, en se réfugiant derrière l'écriture inclusive, est un bien petit combat dans la cause pour l'égalité homme-femme ! » François Jolivet, député LREM de l'Indre, ne mâche pas ses mots. À l'initiative d'une proposition de loi ? dans le cadre de la loi « séparatisme » ? visant à l'interdire « pour les personnes morales en charge d'une mission de service public », l'élu s'inscrit contre ce qu'il nomme « un combat militant [visant à gommer la prééminence masculine de notre langue, NDLR], le fruit d'une vision personnelle en rien majoritaire, aujourd'hui entré dans le service public ».

« Sans être réactionnaire, je suis un défenseur de la langue française », confie d'abord l'élu, dont le texte s'appuie largement sur l'avis officiel de l'Académie française, qui s'est toujours, profondément, opposée à l'écriture inclusive. « Au hasard des publications parfois officielles, nous découvrons des mots nouveaux : ?iels? pour ?ils/elles?, ?toustes? pour ?tous/toutes?, ?celleux? pour ?celles/ceux?. ?Cher·e·s lecteur·rice·s déterminé·e·s? », fulmine-t-il ainsi le 11 février, depuis son compte Twitter.

À LIRE AUSSIQuand la fièvre identitaire frappe l'université

Et d'expliquer vouloir lutter « contre une écriture brouillant la nature même des messages », quand elle ne serait pas « illisible et discriminante ». « Le combat pour l'égalité entre les femmes et les hommes est juste, mais les chemins qu'il emprunte sont parfois déroutants et inutiles », p [...] Lire la suite