Ille-et-Vilaine: ce que l'on sait de l'accident de poneys dans un centre équestre qui a fait 17 blessés

D'importants moyens de secours ont été déployés au centre équestre de Saint-M'Hervé où une bousculade a fait 17 blessés. - SDIS 35
D'importants moyens de secours ont été déployés au centre équestre de Saint-M'Hervé où une bousculade a fait 17 blessés. - SDIS 35

17 blessés lors d'une sortie à poney dans un centre équestre. Le bilan est lourd après la bousculade qui s'est produite mardi soir dans ce centre de Saint-M'Hervé, situé près de Vitré en Ille-et-Vilaine. Une enquête a été ouverte par le parquet de Rennes pour préciser les circonstances de cet accident.

· Que s'est-il passé lors de cette sortie?

25 enfants d'une colonie accueillie au domaine de la Haute-Hairie participaient mardi soir à une sortie à poney. Accompagnés de deux animatrices, ils emmenaient entre 15 et 20 animaux dans un pré pour passer la nuit. Pour atteindre le champ, le groupe a empreinté un chemin étroit et bordé de clôtures. Les poneys, qui connaissent bien ce chemin, étaient non montés et non tenu en longe.

Pour une raison indéterminée, le cheval en tête a brusquement fait demi-tour une fois arrivée à l'entrée du pré. Les autres animaux l'ont suivi, traversant à travers le groupe d'enfants, les bousculant et les écrasant.

D'après les premiers éléments de l'enquête, le manque d'encadrement de la sortie pourrait être en cause, rapporte le parquet de Rennes dans un communiqué. "Par ailleurs, l’accident parait trouver pour partie sa cause dans la double nature de l’activité consistant à la fois dans l’encadrement du groupe d’enfants et dans le transit d’un groupe important d’animaux sans modalités permettant de s’assurer de leur maitrise éventuelle", y est-il précisé.

Par ailleurs, selon ce qu'ont rapporté les deux encadrantes, les poneys n'étaient ni montés, ni tenus en longe, ce qui a pu leur permettre de se déplacer librement.

· Combien de personnes ont été blessées?

16 enfants et les deux accompagnatrices ont été blessés lors de cette bousculade. Trois enfants, âgés de 7 à 11 ans, ont été pris en charge par les secours dans un état grave. Mercredi soir, deux d'entre eux se trouvaient toujours en chirurgie pédiatrique et en réanimation pédiatrique à l'hôpital de Rennes. La première souffre de diverses fractures. La seconde présente des traumatismes à la tête. Dans la matinée, le chef des urgences du CHU de Rennes assurait que leur "pronostic vital" était "favorable".

Au total, sur les 16 enfants blessés, 15 ont été hospitalisés mardi soir après l'accident. Une fois leurs parents prévenus de l'accident par le centre équestre et la gendarmerie, ils ont tous pu sortir dans la journée de mercredi.

Les deux accompagnatrices, âgées de 18 et 23 ans, avaient elles-aussi été prises en charge, souffrant de stress post-traumatique.

· Que sait-on des victimes?

Les enfants qui participaient à cette colonie de vacances sont âgés entre 7 et 14 ans. Selon le premier adjoint au maire de Saint-M'Hervé, ces enfants sont originaires d'Ille-et-Vilaine, du Maine-et-Loire, d'Indre-et-Loire, de Loire-Atlantique et de région parisienne.

Leurs parents ont été immédiatement informés par le centre équestre et la gendarmerie. Ils ont pu venir chercher leurs enfants, notamment ceux dont l'état de santé permettait leur sortie de l'hôpital.

· Quelles suites pour l'enquête?

Une enquête a été ouverte par le parquet de Rennes, elle a été confiée à la brigade de recherches de gendarmerie de Vitré. Pour l'heure, personne n'a été placé en garde à vue, et toutes les auditions se sont déroulées en qualité de témoin, précise le parquet. Les investigations se concentrent notamment sur la vérification du respect de la réglementation qui s'appliquait à l'activité au moment des faits.

Des auditions ont d'ores et déjà été menées, sous le statut de témoin.

La préfecture d'Ille-et-Vilaine a mis en place une cellule d'urgence médico-psychologique pour les enfants, les parents des victimes les plus graves et le personnel du centre équestre. "Les adultes ont été particulièrement choqués", explique Louis Soulat.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles