Ile de Ré, dune du Pilat... Inquiétudes sur un projet de décret qui pourrait ouvrir la voie à davantage de béton dans les sites classés

franceinfo avec AFP
Actuellement, les travaux susceptibles de modifier l'aspect des 2 700 sites classés nécessitent une autorisation spéciale du ministre de la Transition écologique.

Davantage de béton sur l'île de Ré, la dune du Pilat ou les calanques de Marseille ? Des associations de protection des sites classées s'inquiètent d'un projet de décret daté du 12 avril qui pourrait, selon elles, faciliter les constructions dans les sites classés. Selon le projet de décret, révélé par le site spécialisé Reporterre, le texte "introduit une simplification dans le processus de délivrance des autorisations de travaux en déconcentrant l'ensemble des autorisations de travaux au préfet". "Il maintient toutefois le pouvoir d'évocation ministérielle", selon Reporterre.

Au nombre de 2 700, les sites classés recouvrent 2% de la surface du territoire et sont protégés au nom de leur "caractère exceptionnel" depuis 1906. Actuellement, les travaux susceptibles de modifier l'aspect des sites classés (démolitions, travaux soumis à permis de construire, abattage d'arbres, ouvrages d'infrastructures des voies de communication...) nécessitent une autorisation spéciale du ministre de la Transition écologique.

"C'est la fin des sites classés"

"Ce sont les sites les plus beaux, donc chacun rêve d'y avoir sa maison" et "des entrepreneurs de tourisme rêvent d'y implanter des installations", s'alarme Julien Lacaze, vice-président de l'association Sites et Monuments. "On transférerait le pouvoir d'autorisation directement au préfet de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi