Ile Maurice : arrivé au pouvoir sans être élu, le Premier ministre Pravind Jugnauth va tenter de trouver une légitimité dans les urnes

franceinfo avec AFP

L'enjeu principal du scrutin législatif à Maurice, qui se déroule le 7 novembre 2019, est la reconduction ou non à la tête du gouvernement de Pravind Jugnauth, 57 ans, qui avait succédé à son père Anerood Jugnauth en 2017 sans passer par des élections.

Sir Anerood, un cacique de la vie politique mauricienne (Premier ministre de 1982 à 1995, de 2000 à 2003, et président de la République de 2003 à 2012), avait décidé de passer la main deux ans avant la fin de son mandat, après avoir été élu en 2014. Cette succession avait donné lieu à des débats passionnés sur l'archipel. L'opposition ne s'était pas privée d'en dénoncer le caractère monarchique et avait réclamé avec virulence des élections anticipées, sans les obtenir. A l'occasion de l'actuelle campagne, l'angle d'attaque des opposants n'a pas changé.

Il faut libérer le pays de l'emprise du clan Jugnauth

Navin Ramgoolam de l'Alliance nationale

lors d'un meeting électoral

Pour la première fois en 43 ans, le scrutin législatif à Maurice opposera trois blocs politiques distincts et non plus deux. Ce sont l'Alliance nationale de Navin Ramgoolam (centre gauche, allié avec le Parti mauricien social-démocrate, le PMSD), l'Alliance Morisien (AM, centre droit) du chef de gouvernement sortant Pravind Jugnauth et, dernier à se présenter, le Mouvement militant mauricien (MMM) de Paul Bérenger, ancien Premier ministre (2003 et 2005) et ancien allié (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi