Ile-de-France: de la cocaïne retrouvée dans du manioc vendu en supermarché

·2 min de lecture
Des racines de manioc. (Image d'illustration) - MIGUEL SCHINCARIOL / FAO / AFP
Des racines de manioc. (Image d'illustration) - MIGUEL SCHINCARIOL / FAO / AFP

Découverte surprenante pour des consommateurs franciliens. Dans deux supermarchés de l'Essonne et du Val de Marne, des clients ont trouvé de la cocaïne dissimulée dans des racines de manioc qu'ils venaient d'acheter, apprend BFMTV.com ce vendredi de sources judiciaires, confirmant des informations du Parisien.

Mardi, c'est à Fleury-Mérogis qu'une cliente a alerté la gendarmerie, une fois rentrée du supermarché: en coupant la tubercule de manioc qu'elle vient d'acheter, elle constate la présence d'une poudre blanche, rapportent nos confrères. Après vérification par les gendarmes, il s'agit bien de cocaïne, comme elle le soupçonnait.

Les enquêteurs décident alors de pousser leurs recherches plus loin, en procédant à une perquisition dans le commerce en question. Au total, ils saisissent plus de 4 kilos de drogue, répartis dans treize racines, précise auprès de BFMTV.com le parquet d'Evry, qui a par la suite ouvert une enquête. Les investigations ont été confiées à la Brigade de recherches d'Evry.

1,6 kilo saisis à Orly

À Orly, étonnement similaire pour un client, qui décide d'alerter directement jeudi la direction du magasin concerné, rapporte le procureur de Créteil auprès de BFMTV.com. Une fois les autorités prévenues, elles découvriront 1,6 kilo de cocaïne cachées dans des tubes à l'intérieur des racines de manioc.

Une autre enquête pour trafic de stupéfiants a donc été ouverte par le parquet de Créteil, cette fois-ci confiée à la police judiciaire. Des auditions sont en cours, notamment les témoins qui ont alerté sur la présence de cocaïne dans les rayons, précise la même source.

La piste d'un trafic d'envergure

"Ce sont des produits typiques des Antilles, point-clé de la production de cocaïne. On se dirige sûrement vers la piste d'un trafic d'envergure", confie ce vendredi une source judiciaire.

Si chaque parquet mène son enquête indépendamment de l'autre pour l'heure, les deux indiquent que des échanges pourront se faire si l'origine commune des racines est confirmée, une piste non négligeable à ce stade.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles