Pour la bonne cause, il s'engage à manger 60 kebabs en un mois

·2 min de lecture
Les héros ne portent pas tous des capes (crédits Just Giving Derek's Kebabathon November)
Les héros ne portent pas tous des capes (crédits Just Giving Derek's Kebabathon November)

Derek Breakey est un homme pas comme les autres. Ce Mancunien, grand amateur de kebabs, s’est engagé à en manger 60 en un seul mois, pour réunir de l’argent en faveur d’une organisation caritative.

“Je ne serai jamais malade de kebabs. Ils nourrissent mon âme.” Voilà ce que dit Derek Brea­key de ce sandwich bien connu de tous. Et il faut croire que son âme est bien nourrie : pour supporter l’ONG Nerve Tumours UK, il a promis de s’enfiler pas moins de 60 kebabs en 30 jours. Vous avez bien compté : deux kebabs par jour, un mois durant, sans aucune pause. Bon appétit ?

De l’expertise à la générosité

Il faut dire que Derek, 34 ans, a de l’expérience et un objectif : rassembler des fonds pour une structure qui soutient sa fille de 10 ans, Nerve Tumours UK, dont le travail consiste à développer la recherche et les soins autour des maladies rares que sont la neurofibromatose et la schwannomatose.

Quant à l’expérience, elle a été acquise au long des années. Derek Breakey est en effet un contributeur régulier du Manchester Donner Connoisseurs, un groupe Facebook d’avis sur les kebabs locaux. “En quatre mois, j’ai noté 82 kebabs” note Derek Breakey dans les colonnes du Manchester Evening News. “Mon record est de 39 kebabs en 28 jours. J’en ai déjà mangé 9 en 7 jours, et 3 dans une journée.”

Un kebabathon un mois durant

Cette fois, il a placé la barre encore un peu plus haut. Il s’est lancé dans un “kebabathon” de 60 kebabs à terminer pendant le mois de novembre - un mois de 30 jours, qui plus est. Bonne nouvelle : s’il comptait rassembler 1 000 livres (1 100 euros), le compte est déjà dépassé. Mais Derek Breakey ne compte pas s’arrêter là pour autant, et poursuit sa route des kebabs, tout en espérant que la récolte soit la plus fructueuse possible en faveur de Nerve Tumours UK. Pour les curieux, ça se passe sur sa page Just Giving.

Pendant ce temps, Derek va explorer Manchester pour réussir son pari. Encore qu’il ne sera pas en terrain inconnu. “Je connais déjà un tas de proprié­taires de kebabs, on est très proches, je les ai même dans mon réper­toire télé­pho­nique !”, rigole Derek. Qui conclut sur le mois de novembre qui l’attend : “c’est un plai­sir absolu !”