Ikonikat: Le CNRS analyse votre regard sur l’oeuvre

Virginie Duchesne
Ikonikat: Le CNRS analyse votre regard sur l’oeuvre

Comment regarde-t-on une oeuvre ? Selon notre âge, notre expérience, notre entourage lors de la visite. C'est ce que cherche à comprendre le CNRS en collaboration avec le musée Louvre-Lens auprès de 600 participants. Et toi, qu'est ce que tu regardes ?

Jusqu'au 26 juin, c'est-à-dire pendant la durée de l'exposition sur les frères Le Nain, des peintres du XVIIe siècle, des visiteurs indiqueront sur une tablette ce qu'ils regardent précisément dans un tableau: les mains ou les têtes des personnages, les objets qui les entourent ou peut-être des détails de la maison dans laquelle ils sont. Face à sept oeuvres choisies par les équipes scientifiques (pour leur signification en débat ou leur richesse), ils entourent ou soulignent ce qui attire leur oeil. Puis ils répondent à un questionnaire sur eux et leurs conditions de visites (en couple, seul, avec des enfants, en groupe guidé...).

Plus de 80 000 tracés à analyser

Avec cet outil, l'idée est de contourner les difficultés d'expression, le manque de vocabulaire ou même la timidité à parler d'une oeuvre. D'autres méthodes existent et ont été utilisées, comme capter le regard via une caméra (oculumétrie), une attitude face à une oeuvre via des enregistrements vidéo (videographie) ou une simple analyse formelle (mais dans ce cas, il faut s'exprimer et avoir parfois le vocabulaire adapté).

Les résultats sont analysés dans un premier temps sur une "carte de chaleur" où le rouge désigne les éléments les plus "touchés" - entourés ou soulignés - puis, dans un second temps, ils sont comparés par un algorithme à une grille de motifs réalisée avec les premiers résultats. Les scientifiques attendent pas moins de 80 000 tracés.

Ikonikat 3D pour la sculpture

Le but est de croiser questionnaires visuel et sociologique et ainsi de répondre à plusieurs questions: quelle est l'influence du contexte social et de visite, les éléments importants pour les experts sont-ils les mêmes pour (...)Lire la suite sur ubergizmo.fr

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages