Ikea France : procès en appel pour d'anciens cadres suite à l'espionnage de salariés

© LOIC VENANCE / AFP

Condamné à un million d'euros d'amende en 2021 pour avoir espionné des centaines de salariés pendant plusieurs années, Ikea France n'a pas contesté sa peine et ne sera pas rejugé au procès en appel qui s'ouvre, mercredi à Versailles, pour plusieurs de ses anciens cadres. Au terme de deux semaines de débats parfois houleux en mars 2021, le tribunal correctionnel de Versailles avait également contraint la filiale française d'Ikea à indemniser la majorité des quelque 120 parties civiles, dont des salariés et des syndicats, par des dommages et intérêts compris entre 1.000 et 10.000 euros pour chacune.

"Seules trois ou quatre parties civiles ont fait appel" de ces indemnités, a affirmé à l'AFP l'avocat d'Ikea France, Me Emmanuel Daoud, pour qui cela signifie que "95% d'entre elles se sont déclarées juridiquement satisfaites". L'enjeu de ce procès était "la protection de nos vies privées", selon la procureure Pamela Tabardel, qui accusait la filiale et un de ses anciens PDG, Jean-Louis Baillot, de "surveillance de masse".

Le ministère public avait requis deux millions d'euros d'amende à l'encontre d'Ikea France ainsi que de l'emprisonnement ferme pour Jean-Louis Baillot. Ce dernier, qui s'est finalement vu infliger deux ans de prison avec sursis et 50.000 euros d'amende en première instance, avait interjeté appel de la décision qui le reconnaissait notamment coupable de "recel de collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux", pour des faits majoritairement com...


Lire la suite sur Europe1