Ikea France jugé pour avoir mis en place un "système d'espionnage" de ses salariés

·2 min de lecture

Révélée par Le Canard Enchaîné et Mediapart en 2012, l'affaire met en cause la filiale française du géant suédois d'avoir mis en place un système de surveillance illégal de salariés dont des syndicalistes.

Le procès de la filiale française d'Ikea, accusée d'avoir mis en place un système de surveillance illégal de salariés dont des syndicalistes, s'est ouvert lundi devant le tribunal correctionnel de Versailles. Dans cette affaire dite d'espionnage, la filiale du géant de l'ameublement suédois, poursuivie comme personne morale et représentée légalement par sa directrice générale Karine Havas, encourt jusqu'à 3,75 millions euros d’amende.

Quinze personnes physiques sont également jugées dont des directeurs de magasins, des fonctionnaires de police mais aussi des anciens dirigeants, tels que l'ancien PDG Stefan Vanoverbeke (2010-2015) et son prédécesseur Jean-Louis Baillot, tous deux présents au tribunal.

"On est là aujourd'hui pour démontrer qu'il y a ce type de manœuvres dans les entreprises qui fliquent les organisations syndicales et surtout les salariés", a lancé avant l'audience Amar Lagha, secrétaire général CGT commerce et services.

Révélée par Le Canard Enchaîné et Mediapart en 2012, l'affaire instruite après la plainte d'un syndicat, avait ébranlé Ikea France, alors contrainte de licencier quatre de ses hauts responsables.

L'instruction a ainsi dévoilé, selon les termes du parquet de Versailles, un "système d'espionnage" d'employés mais aussi de candidats à l'embauche s'étendant sur l'ensemble du pays, d'Avignon à Reims en passant par l'Ile-de-France.

Selon l'accusation, plusieurs centaines de personnes, dont des syndicalistes, ont ainsi été passées au crible, leurs antécédents judiciaires ou leur train de vie scrupuleusement examinés. 74 parties civiles se sont constituées avant le procès, rejointes par d'autres lundi.

Enquête critiquée

Mais pour certains avocats de la défense, l'enquête contient de nombreuses(...)


Lire la suite sur Paris Match