"On ignorait qu'on était criminels": Mélenchon pense avoir déjà pris des jets privés mais privilégie désormais le train

Jean-Luc Mélenchon s'exprime après l'allocution d'Emmanuel Macron, le 22 juin 2022. - BFMTV
Jean-Luc Mélenchon s'exprime après l'allocution d'Emmanuel Macron, le 22 juin 2022. - BFMTV

Éviter une polémique sur les jets privés. Après s'être fait épingler pour avoir quitté son meeting de rentrée politique dans une Jeep, après un discours sur la transition énergétique pour sa rentrée politique, Jean-Luc Mélenchon veut éviter de prêter le flanc à de nouvelles critiques.

"J’ai tellement pris l’avion dans le passé que sans doute ça a dû se trouver. J’ai traversé cinquante fois l’océan Atlantique pour aller en Amérique latine", répond le patron de la France insoumise, interrogé sur son éventuel usage de vols privés dans les colonnes du magazine Reporterre.

"On ignorait qu'on était criminels"

L'été, qui a été le second plus chaud jamais observé a été étayé de nombreuses controverses autour de l'usage des jets privés, poussant Julien Bayou, le co-président du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, a souhaité les faire interdire. La volonté est partagée par l'ancien candidat à la présidentielle.

"On ne peut pas continuer à avoir une aviation parallèle qui fait ce qu’elle veut, quand elle veut, comme elle veut, qui pourrit tout et qui n’a aucune responsabilité", avance encore l'ex député, plaidant "coupable pour des époques où on ignorait qu’on était criminel", en rappelant être né "en 1951, au début des catastrophes" environnementales.

Dans les rangs de l'exécutif, les avis sont divisés. Si Clément Beaune, le ministre délégué aux Transports plaide pour une régulation de ces vols particulièrement polluants, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a fermé la porte à cette option, refusant de "s'arrêter aux symboles", comme il l'a expliqué ce mardi sur BFMTV.

"J’ai l’intention de continuer à voyager dans le monde, alors, je ne dis pas que je ne prendrai plus l’avion. Mais ce qui est certain, c’est que pour tous les trajets où je peux y arriver en train, je prendrai le train", avance encore l'ancien candidat à la présidentielle qui a passé une partie de l'été en Amérique du Sud, y distillant ses messages politiques.

La controverse autour des jets privés a encore rebondi ce lundi, après les propos de Christophe Galtier, l'entraîneur du PSG. Alors que les joueurs du club de football ont pris un avion privé pour faire le trajet Paris-Nantes, il a expliqué sur le ton de l'ironie que les footballeurs pourraient faire leur prochain déplacement "en char à voile", sous les rires de Kylian Mbappé.

Article original publié sur BFMTV.com