Ignorés de nos politiques, ils défendent une démocratie digne

Libération.fr
Nombreux sont les infirmiers à dénoncer la pression et le stress qui règnent dans les services hospitaliers.

Le professeur d'éthique médicale Emmanuel Hirsch appelle les candidats à la présidence de la République à prendre en compte le travail et la situation des «soignants» et tous les services dont le cœur de métier est la préoccupation des personnes reléguées aux marges.

L’inattention, voire le dédain politique à l’égard de ceux qui sont sur les terrains les plus exposés aux menaces de la rupture du lien social, de la disqualification, de l’exclusion, voire de la mort sociale, de ceux qui interviennent souvent avec le sentiment de résister seuls, n’est plus acceptable. Leur aspiration à une reconnaissance de ce qu’ils sont et font, porte tout d’abord sur le manque de considération accordée à leurs missions, au sens et à la portée de leur engagement. Les discours convenus, prononcés au gré des circonstances pour déplorer les violences et autres incivilités commises contre les forces de l’ordre, les pompiers, les enseignants, les magistrats, les journalistes ou les soignants ne sont plus crédibles. Ils témoignent d’une impuissance ou d’une volonté de renoncer, en pratique, à préserver dans leur faculté d’intervention celles et ceux dont la fonction est de témoigner de l’éthique de notre société. Ceux qui incarnent un sens exigeant du bien commun (prenant le risque parfois d’y sacrifier leur vie), héroïsés en situation de menaces, de fragilité, d’attentats ou auxquels est confiée la mission d’assumer le devoir de justice et d’éduquer à la citoyenneté, de soigner et de réparer notre bien commun à ce point maltraité, expriment un sentiment d’abandon, voire de mépris. Au point d’être parfois tentés par des positions politiques qui pourraient mettre en cause les valeurs mêmes qu’ils assument et qui les motivent encore. Auprès de quelle instance trouvent-ils encore la raison et la force de résister ?

Nous négligeons tout autant ce que représentent et honorent ces vigiles de la démocratie que les personnes et les causes qu’ils s’efforcent de préserver et de sauvegarder dans (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«La guerre des générations est une fiction impossible»
«La guerre des générations est une fiction impossible»
Euro, réformer ou sortir
Il faut préserver le remboursement intégral de la maladie d’Alzheimer
Le seul vote utile : la conviction

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages