Ig Nobel : les études les plus improbables et les plus insolites de l'année récompensées

·3 min de lecture
Selon une étude américaine, les hommes ont développé de la barbe pour amortir et se protéger des coups reçus dans la figure.

Ce jeudi 9 septembre se sont déroulés les Ig Nobel, ces prix récompensant les études scientifiques sérieuses les plus loufoques de l'année. Utilité de la barbe chez les hommes, "bienfaits" de l'orgasme, lien obésité/ corruption chez les politiques... tour d'horizon des études plébiscitées en 2021.

Cette 31e édition des Ig Nobel n'a une nouvelle fois pas déçu. Comme chaque année depuis 1991, les Ig Nobel (ndlr : appelés ainsi pour le jeu de mot entre l'adjectif "ignoble" et les célèbres prix Nobel) ont pris place pour récompenser les 10 études scientifiques les plus improbables de l'année. Pour la deuxième année consécutive, en raison de la pandémie de Covid-19, la cérémonie s'est déroulée en ligne mais cela n'a pas empêcher les 10 lauréats d'empocher la somme de 10 000 milliards d’anciens dollars zimbabwéens... Une monnaie qui n'a plus aucune valeur aujourd'hui. 

Dans la catégorie Économie, c'est le professeur Pavlo Blavatskyy qui a été récompensé pour son étude montrant que dans les républiques soviétiques, l'obésité chez les membres d’un gouvernement était liée avec le degré de corruption du pays. Dans la catégorie Physique, une équipe de chercheurs a été plébiscitée pour avoir mené des recherches sur la raison pour laquelle les piétons ne se télescopent pas sans arrêt, tandis que le groupe qui a remporté le prix de la Cinétique a cherché à comprendre "pourquoi certains piétons entrent effectivement en collision avec d’autres piétons".

La barbe pour se protéger des coups de poing 

L'Ig Nobel de la Paix a été attribué à une étude prouvant que les hommes ont développé des barbes pour qu'elles servent d'amortisseur et se protéger des coups de poing dans la figure que les hommes s'échangent depuis des millions d'années. Le prix de l'Écologie a honoré la recherche sur les innombrables bactéries qui survivent de longues années sur les chewing-gums collés aux trottoirs, tandis que le prix de Biologie a été décerné à une suédoise pour ses travaux sur la "miaoustique", c'est-à-dire sur les différents moyens de communication des chats pour réclamer leur du à leur maître. L'Ig Nobel de Médecine est revenu au professeur allemand Cem Bulut, grâce à son article prouvant que l’orgasme, lors d'un rapport sexuel, est un excellent décongestionnant nasal.

Reste à voir si les lauréats sont fiers de leur prix ou s'ils se sentent offensés par cette distinction satirique qui récompense les études qui font d’abord sourire, puis réfléchir. Interrogé par le média suisse Swissinfo, le lauréat du Prix Ig Nobel 2021 pour la cinétique Claudio Feliciani est lui ravi de cette distinction : "Pour autant que je sache, dans les milieux scientifiques, c’est un honneur. [...] En général, les études qui remportent un Ig Nobel sont publiées par des revues scientifiques de bonne réputation, et les collègues scientifiques savent que, dans la plupart des cas, l’étude est amusante, mais qu’elle n’est pas anodine, même si elle peut le paraître à première vue."

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles