L'identité de genre s'invite dans les débats sur la loi séparatisme

Lucie Hennequin
·Journaliste, Le HuffPost
·1 min de lecture
L'identité de genre s'invite dans les débats sur la loi séparatisme

GENRE - Ce n’était pourtant pas le coeur du débat. Lors de l’examen du projet de loi sur “le respect des principes de la République”, des députés Républicains ont tenté, en vain, de faire supprimer le terme “identité de genre”.

C’est à l’occasion de l’étude de l’article 8, qui révise les motifs de dissolution des associations accusées de troubler gravement l’ordre public ou porter atteinte à des droits et libertés fondamentaux, que le terme qui fâche est apparu dans les débats ce lundi 8 février.

Objectif: prendre en compte de nouvelles formes d’agissements comme la provocation ”à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personne à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre”, en plus des discriminations déjà prévues par la loi (origine, ethnie, race, religion...).

Le mot “genre” n’a pas manqué de faire réagir à droite, puisque six amendements, dont quatre provenant de députés Républicains et deux du Rassemblement national, ont été présentés pour rayer la mention “identité de genre” du texte.

“Remettre en cause l’organisation de la société”

Les arguments contre “le concept d’identité de genre” portaient principalement sur le risque d’apporter de la “confusion dans le droit”. L’identité de genre n’étant “pas définie ni même reconnue en droit français” ou “une idéologie qui nie la réalité sexuée biologique des personnes au profit d’une construction ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.