Identification de trois facteurs pouvant aider à prédire la survenue de troubles psychiatriques

·2 min de lecture

Une équipe de chercheurs de la célèbre Université McGill (Canada) révèle que la combinaison d'un total de trois éléments peut permettre d'anticiper la survenue de troubles psychiatriques à l'âge adulte.

Au Canada, des chercheurs ont fait une découverte importante pour la santé mentale. Habituellement, il est courant d’associer le risque de survenue d’un trouble psychiatrique à des facteurs divers et variés. Désormais, des neuroscientifiques de l’Université de McGill (Canada) montrent que la combinaison de trois facteurs seulement (social, biologique et psychologique) peut permettre de prévoir, dans une certaine mesure, la survenue précoce de troubles psychiatriques à vie chez de jeunes adultes suivis depuis la naissance. Chaque facteur pris individuellement a un effet sur le développement des troubles psychiatriques mais de façon plus modeste qu’en étant combiné, révèlent les auteurs de cette étude publiée le 8 décembre 2021 dans la revue .

Traits d’extériorisation

Pour mener leur recherche, le professeur de psychiatrie Marco Leyton et son équipe se sont en partie appuyés sur des données issues de deux études canadiennes portant sur le développement d'individus depuis leur naissance jusqu'à leur 18 ans. A la période de leur adolescence, entre 10 et 16 ans, un questionnaire sur le comportement social leur a été adressé chaque année. Cet outil utilisé dans le champ de la psychologie permet de faire l’examen de traits d'extériorisation renvoyant à des manifestations visibles du comportement telles que l’impulsivité ou à des difficulté à contrôler ses émotions. Pour les chercheurs, un score élevé à ce questionnaire tout au long de l'adolescence était le critère d'accès à leur propre étude. En présence de traits plus marqués, cela supposait selon eux "une trajectoire développementale" plus propice à la survenue de troubles psychiatriques à vie. Néanmoins, la nouveauté propre à leur démarche est de ne pas avoir isolé ce facteur. Ils ont continué à recueillir des données provenant d'autres aspects de la vie de ces personnes afin de les combiner.

D'abord, et avant d'obtenir des données sur les dimensions psychologique et biologique, les scientifiques ont identifié la pré[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles