Icônes, fantômes et autres gris-gris : l'univers troublant de la plasticienne Laure André bouscule Strasbourg

Les oeuvres de l'artiste strasbourgeoise Laure André sont réunies dans une exposition intitulée Mauvaise grâce. Une démarche esthétique construite autour de la mémoire et de l’empreinte à découvrir au 12 rue du Faubourg de Pierre à Strasbourg jusqu'au 31 octobre 2020. Mauvaise grâce, c'est ainsi que Laure André définit sa nouvelle exposition. Juste expression, car certaines de ses créations sont surprenantes, voire dérangeantes. Comme cette série de fers à repasser électriques dont la semelle est imprimée des représentations du Christ ou de la Vierge Marie. "J'ai gravé à l'acide ces visages pour créer des icônes à brûler", explique la plasticienne.Laure André est en perpétuelle recherche de la technique adéquate pour ses oeuvres qui s'avèrent aussi gracieuses qu'élégantes. Ainsi un carton piqueté à l’aiguille figure la mémoire des gueules cassées, un organdi de soie suggère la fragilité de l’enfance, des broderies sur des monnaies du pape expriment la fragilité. Une émotion esthétique très intime puisée dans les souvenirs de son enfance."Chez ma grand-mère, il y avait une accumulation de petits objets que je trouvais absolument fascinants, c'est comme des sortes de gris-gris, il y a quelque chose de magique, comme un objet de protection", raconte l'artiste. Laure André ne s'en cache pas, elle aime créer un malaise, un entre-deux et même du dégoût, à chacun de faire sa propre expérience."Mauvaise Grâce" expo organisée par la galerie Bertrand Gillig jusqu'au 31 octobre 2020 Tous les vendredis, samedis, dimanches de 14h00 à 19h0012 Faubourg de Pierre - Strasbourg