Publicité

Printemps des poètes : un collectif woke s'attaque à Sylvain Tesson

Le 10 janvier dernier, Sylvain Tesson a été nommé parrain de la 25e édition du Printemps des poètes, qui aura lieu du 9 au 24 mars prochain. Dans les colonnes de Libération, jeudi 18 janvier, un collectif de 600 « poètes, artistes, éditeurs, libraires, bibliothécaires et acteurs culturels », pour la plupart inconnus, conteste le choix de la directrice artistique, Sophie Nauleau. Les signataires – dont bon nombre sont anonymes – rejettent le parrainage de l'auteur de Sur les chemins noirs, le désignant comme une « icône réactionnaire », un qualificatif dont il était déjà affublé par les ligues de vertu.

La tribune tape d’emblée fort et à côté : « La fin de l’année 2023 a signé le glissement du second mandat d’Emmanuel Macron, un président auto-désigné comme “ni de droite ni de gauche”, vers un projet politique plus que jamais proche de l’extrême droite »... Elle se poursuit par une grossière erreur : « Sylvain Tesson a notamment préfacé un ouvrage de référence de l’extrême droite, Le Camp des saints, de Jean Raspail, qui n’est autre qu’une dystopie raciste sur l’immigration », affirme-t-elle... à tort. En réalité, Sylvain Tesson avait préfacé Là-bas, au loin, si loin.., paru en 2015 dans la collection Bouquins de Robert Laffont. Ce recueil regroupait les plus beaux romans de Jean Raspail : Le Jeu du roi, Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie, Qui se souvient des hommes…, Septentrion, Sept cavaliers…, et l'inédit inachevé La Miséricorde, mais pas Le Camp des saints. Ave...


Lire la suite sur LeJDD