Ibrahim Maalouf revient à l'essentiel dans "40 Mélodies"

·1 min de lecture

Privé de tournée mais pas de tout déplacement, Ibrahim Maalouf a partagé son année 2020 entre la France et le Liban, ses deux patries. "Ma vision du monde sera toujours dans cet entre-deux qui fait mon équilibre", confie-t-il. En mars, le trompettiste star s'était confiné dans son domicile parisien en tête à tête avec sa grand-mère maternelle, âgée de 99 ans. "Ça m'a donné le sentiment de traverser ce moment étrange avec philosophie. Elle m'a beaucoup parlé de son enfance, des trois guerres qu'elle a vécues, c'était génial."

Entre le Liban meurtri et Paris

En août, il était de retour au Liban au moment de la tragique explosion du port de Beyrouth. "J'étais dans notre village familial, Ain el-Qabou, sur les hauteurs, à moins d'une heure de la capitale. On a tellement senti le 'boum' qu'on s'est crus bombardés." Choqué mais convaincu que "le Liban se relève toujours", il y est retourné début décembre, notamment pour jouer dans les souks dévastés par la déflagration.

Entre-temps, à Paris, il a pris l'initiative d'un grand concert de soutien réunissant des vedettes libanaises et françaises dont M, Vanessa Paradis et Mika, diffusé début octobre depuis l'Olympia. Et il s'est marié : c'est au bras de la chanteuse libanaise Hiba Tawaji, connue pour avoir fait briller Les Moulins de mon cœur en arabe dans The Voice en 2016, qu'il a fêté ses 40 ans le 5 novembre.

Retour aux origines

Pour célébrer ce changement de décennie, Ibrahim Maalouf publie 40 Mélodies, un disque à part, exclusiveme...


Lire la suite sur LeJDD