Ibeyi: «Certaines personnes croient que Beyoncé nous a initiées»

Libération.fr

A l'occasion de la sortie de leur deuxième album, rencontre avec Lisa-Kaindé et Naomi Diaz, jumelles franco-vénézuéliano-cubaines qui font vibrer tous les cœurs, jusqu'à celui de la diva r'n'b.

Les jumelles franco-cubaines Ibeyi, filles du percussionniste Miguel Angá Díaz du Buena Vista Social Club, sortent de la méditation intime de leur premier album pour apporter leur flamme à un foyer plus collectif, avec une production qui a elle aussi pris de l’ampleur. Leurs voix réparatrices vont puiser dans les étincelles de la culture Yoruba, du jazz ou du dancehall pour encourager la résilience.

Qu’est ce qui a mis le feu aux poudres pour que naisse l’album Ash ?

Lisa-Kaïndé Diaz : On n’a jamais arrêté d’écrire et déjà en faisant le premier album, on savait qu’on en voulait un second avec un son plus produit, plus organique, avec plus de sueur, un son qui coupe l’air. Ash, c’est renaître des cendres qui fertilisent la terre, et les plantes qui poussent à travers. C’est un titre un peu alarmiste, avec l’espoir d’un futur meilleur.

Vous avez pris part à Lemonade de Beyoncé, cela a-t-il donné une nouvelle dimension militante à votre projet ?

Lisa-Kaïndé Diaz : Non et pourtant certaines personnes croient même qu’elle nous a initiées à la culture yoruba. Mais je trouve génial qu’elle ait donné de la visibilité à cette imagerie à la planète entière. Ce qui prête à confusion, c’est qu’on n’avait jamais dit notre engagement publiquement. Dans le premier album, on n’avait pas l’espace pour en parler. Nous voulions avant tout rendre hommage à notre famille.

A lire aussi  Ibeyi : Cuba libre

Naomi Diaz : Il fallait qu’on se présente, on n’allait pas parler de ça d’un seul coup. On était jeunes, on avait 19 ans, maintenant on en a 23, on est prêtes.


Sur Waves, vous chantez : «Untie my tongue». On remarque pourtant que votre voix se libère en anglais en espagnol, mais pour l’instant jamais en français.

Lisa-Kaïndé Diaz : Quand je suis à Londres, où je vis maintenant, je (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Lagerfeld-Stromae : «Votre gueule et votre silhouette restent les mêmes, mon vieux»
Lagerfeld-Stromae : dandys 2017
«LA BELLE ET LA MEUTE» DE KAOUTHER BEN HANIA
Lagerfeld stromae Alors on cause
Une femme libre à la Philharmonie

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages