Une IA capable de prédire la maladie de Parkinson à partir de la respiration

La maladie de Parkinson est connue pour les tremblements et autres troubles moteurs qu'elle provoque. Mais avant l'apparition de ces derniers, elle est difficile à diagnostiquer pour les médecins car il n'existe pas de biomarqueurs faciles à étudier qui peuvent témoigner du déclenchement de la maladie ou de son évolution. Face à ce problème, une équipe de chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) proposent leur solution : étudier la respiration durant le sommeil des patients et diagnostiquer la maladie de Parkinson sans même les toucher.

Parkinson : vers une détection précoce de la maladie grâce à l'IRM quantitative

« Une relation entre la maladie de Parkinson et la respiration a été notée dès 1817, dans les travaux du Dr James Parkinson. Cela nous a motivés à envisager la possibilité de détecter la maladie à partir de la respiration sans regarder les mouvements », explique Dina Katabi, chercheuse au MIT et directrice de ce travail de recherche publié dans Nature Medecine. L'observation du médecin anglais qui a décrit pour la première fois la maladie qui porte aujourd'hui son nom a été testée avec un outil moderne : l'intelligence artificielle.

Schéma général de l'expérience. À partir d'un dispositif sans fil ou d'une ceinture, des données sur la respiration des patients sont collectées puis analysées par l'intelligence artificielle qui est capable de détecter la maladie de Parkinson. © Yuzhe Yang et al., Nature Medecine
Schéma général de l'expérience. À partir d'un dispositif sans fil ou d'une ceinture, des données sur la respiration des patients sont collectées puis analysées par l'intelligence artificielle qui est capable de détecter la maladie de Parkinson. © Yuzhe Yang et al., Nature Medecine

Diagnostiquer la maladie de Parkinson durant le sommeil

L'équipe du MIT a mis au point un appareil, semblable à un boîtier Wifi, qui envoie des ondes radio dans la chambre du patient. Une intelligence artificielle semblable à un réseau de neurones, tel qu'il pourrait exister dans le cerveau, analyse la réflexion des ondes dans l'environnement et y extrait des données sur la respiration de la personne endormie. L'intelligence artificielle peut ainsi suivre, chaque nuit, l'évolution de la respiration du patient sans même le toucher.

Le...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura