Barbarossa 1941, de Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri: la guerre perdue de Hitler

Paoli, Paul-François

Dans une fresque monumentale Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri démontrent que Hitler ne pouvait pas gagner.

Un monument: sans doute le mot n’est-il pas trop fort. Il est difficile de fermer ce livre de près de 1000 pages sans céder à l’admiration. Barbarossa 1941. La guerre absolue de Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri n’est pas un essai de plus sur une des batailles les plus titanesques de l’Histoire, c’est une somme d’érudition et d’analyse, une œuvre à part entière. Les auteurs avaient déjà écrit une biographie de Joukov qui avait fait date.

À travers ce nouveau livre apparaît un autre regard sur cette bataille de Barbarossa qui a suscité tant de fantasmes. «Comment l’Armée rouge, ce monstre pataud, dominée de la tête et des épaules, a-t-elle pu se sauver d’un désastre qui semblait inévitable au monde entier? Comment la Wehrmacht a-t-elle pu pousser son effort jusqu’à tomber littéralement en morceaux?» s’interrogent-ils. C’est à cette question qu’ils répondent par une batterie d’informations et d’arguments à la fois logistiques, stratégiques et politiques.

» LIRE AUSSI - Dès 1935 Hitler prépare l’Allemagne à la guerre

C’est en Russie entre la fin juin 1941 et janvier 1942 que Hitler croyait pouvoir gagner la guerre et c’est en Russie qu’il l’a perdue. Churchill lui-même pensait qu’il ne ferait qu’une bouchée de l’armée de Staline qui ne croyait pas en l’attaque allemande et ce jusqu’à ce que l’évidence s’impose. Les deux spécialistes qui chapeautent la revue Guerres et histoirene sont pas seulement des experts de la chose militaire, ce livre regorge de détails techniques sur les forces et les faiblesses de chacune des armées, ils sont aussi historiens tout court. Au fil des pages ils nous convainquent que l’attaque de Hitler était une folie inséparable de l’idéologie démente contenue dans Mein Kampf.

Ce que veut Hitler, ce n’est pas vaincre la Russie soviétique, c’est la détruire et extirper à travers elle l’hydre «judéo-bolchevique». La guerre à laquelle il (...) Lire la suite sur Figaro.fr

23 août 1939, le pacte Hitler-Staline: une date que la moitié de l’Europe n’oublie pas 
Opération Bagration des Soviétiques: l’autre offensive des Alliés à l’été 1944 
Le siège de Leningrad en 10 chiffres 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro