Hypertension artérielle : quand et comment traiter ?

·2 min de lecture

Fléau cardio-vasculaire majeur, cette maladie chronique est l’objet de nouvelles recommandations européennes. Le professeur Atul Pathak les commente.

Paris Match. Quels chiffres définissent l’hypertension artérielle (HTA) ?
Professeur Atul Pathak. Un sujet est présumé hypertendu quand au cabinet médical sa pression artérielle (PA) dépasse 140 mm Hg en valeur maximale (dite systolique, quand le cœur se contracte) et 90 mm Hg pour la minimale (dite diastolique, quand il se relâche). Un enregistrement ambulatoire de la PA sur vingt-quatre heures, par un appareil porté par le patient (Holter), ou sa mesure par le sujet lui-même, comprenant trois prises matin et soir, trois jours de suite, confirment le diagnostic si la moyenne des valeurs est supérieure à 135/85. Je milite pour le remboursement des tensiomètres individuels afin que tous les Français puissent avoir accès à l’automesure, première étape vers la prévention d’une maladie contrôlable, qui reste malgré tout insuffisamment détectée et traitée : un hypertendu sur deux s’ignore, seul un averti sur deux est pris en charge et un sur deux de ces derniers est bien contrôlé. C’est trop peu, car la HTA, qui touche 14 millions de personnes en France, faisant d’elle la pathologie cardio-vasculaire la plus répandue, est une tueuse silencieuse qui use les vaisseaux, les reins, le cœur et provoque des AVC !

Quels sont les processus qui la sous-tendent ?
Elle est 9 fois sur 10 sans cause précise connue, pouvant être due au dérèglement de son contrôle par le cerveau, ou de celui de l’eau et du sel par le rein, ou encore être liée à une hyperactivité du cœur ou à une rigidité artérielle chez le sujet âgé. Ces divers mécanismes peuvent s’associer.

"

La bithérapie optimise le rapport efficacité-tolérance

"

Que recommandent les autorités ?
L’objectif est de maintenir les patients en dessous de 130/80. La Haute Autorité de santé(...)


Lire la suite sur Paris Match