Hydroxychloroquine : après avoir suspendu les essais, l'Agence française du médicament va réexaminer sa position

*

Une fois de plus, l'hydroxychloroquine déchaîne les passions. L'organisation mondiale de la santé a annoncé ce mercredi 3 juin qu'elle s'apprêtait à reprendre les essais cliniques à base d'hydroxychloroquine. Un soudain revirement, alors que, neuf jours auparavant, l'organisation avait décidé de suspendre ces essais après la publication par la revue médicale The Lancet d'une étude jugeant inefficace, voire néfaste, le traitement sur les patients. Peu après, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a annoncé qu'elle allait réexaminer sa position pour décider de la position de la France sur le sujet.

Cette suspension des essais devait permettre à l'OMS d'analyser les informations disponibles, et une décision était attendue à la mi-juin. Mais alors que la revue médicale britannique a pris ses distances mardi soir avec l'étude, en reconnaissant dans un avertissement formel que ”d'importantes questions” planaient à son sujet, l'OMS a publié ses conclusions plus tôt que prévu.

L'AGENCE FRANÇAISE DU MÉDICAMENT VA RÉEXAMINER SA POSITION

Dans un communiqué de presse délivré ce mercredi 3 juin, The Lancet souhaite alerter ses lecteurs au sujet de l'étude qu'elle publiait le 22 mai dernier, sur le fait que de sérieuses questions scientifiques ont été portées à son attention, notamment concernant sa méthodologie. L'étude avait poussé de nombreux pays, dont la France, à arrêter leurs essais sur la molécule.

Lire la suite