Hvaldimir et le béluga joueur de rugby sont bel et bien le même animal

Marwane Touati
Le béluga avait été repéré pour la première fois au large de la Norvège fin avril 2019 et ne semblait pas craindre les pêcheurs et biologistes marins qui tentaient de l'approcher.

ANIMAUX - Le béluga filmé alors qu’il jouait avec un homme à la balle est bien Hvaldimir, l’animal aperçu quelques mois auparavant avec un harnais sur lequel pouvait être accroché une caméra ou un appareil photo, faisant de lui un potentiel espion russe. 

“Oui, nous pouvons officiellement confirmer qu’il s’agit de Hvaldimir”, a déclaré au HuffPost britannique la Hvaldimir Foundation, par voie de communiqué. Cette fondation est en charge du suivi de l’animal, à l’initiative de l’association norvégienne Orca Survey.

Dès la propagation de la vidéo de l’animal jouant avec un ballon de rugby, un expert pensait avoir reconnu le cétacé: “C’est probablement Hvaldimir, un cétacé autrefois en captivité qui aurait pu échapper à un programme militaire russe. Seul, souffrant de malnutrition et blessé, H. sillonne les mers en quête de nourriture et de l’attention des gens”, expliquait Ferris Jabr, contributeur à la revue Scientific American et au New York Times Magazine

Le béluga avait été repéré pour la première fois au large de la Norvège fin avril 2019 et ne semblait pas craindre les pêcheurs et biologistes marins qui tentaient de l’approcher. Il était muni d’un harnais sur lequel était inscrit “Équipement de Saint-Pétersbourg”. Le colonel Viktor Baranets a déclaré à Reuters qu’il avait entendu dire que les scientifiques russes utilisaient les bélugas “pour des tâches de collecte d’informations civiles”. 

Malgré tout, l’origine exacte du béluga demeure un mystère. Mais les experts sont bien convaincus que Hvaldimir était auparavant en captivité et que c’est probablement à cause de sa dépendance acquise envers les Hommes qu’il souffrait de malnutrition lorsqu’il a été repéré pour la première fois.

Il faut sauver Hvaldimir ! 

C’est pourquoi l’association Orca Survey a demandé à mettre en place un plan d’alimentation en mai pour aider à stabiliser le poids de l’animal. Le plan a par la suite été autorisé par la Norwegian Directorate of Fisheries. Aujourd’hui, le plan semble...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post