«Humanz», un Gorillaz been

Libération.fr

Retour raté du groupe virtuel, dépassé autant côté musique que politique dans un cinquième album dispendieux en guest stars et en effets.

Les mélomanes qui prennent le groupe virtuel de Damon Albarn et Jamie Hewlett au sérieux retiendront peut-être pour leurs exégèses que la première version de Humanz qui a été envoyée aux journalistes s’appelait Robotz. Plaisanterie facile ou intertextualité appliquée (le premier album solo d’Albarn était titré Everyday Robots), l’interchangeabilité homme-machine chère à Daft Punk depuis Human After All en remet une couche conceptuelle épaisse sur le cas déjà pas mince du «groupe virtuel le plus prospère du monde», fondé en l’an 2000 comme une extrapolation monstrueuse d’une industrie musicale à son pic commerçant. Peut-être Albarn entend-il rappeler, à l’ère où la pop sait se passer d’humains derrière les poupées (on pense à la star japonaise Hatsune Miku, synthétique jusque dans la voix), que son groupe a bien une âme, qu’elle est sensible au désordre du monde et qu’elle est capable de le penser ?

Annoncé il y a quelques mois comme un brûlot dystopique déroulé dans un monde où Donald Trump aurait été élu, finalement expurgé de toute référence explicite au 45e président des Etats-Unis (son élection n’étant vraisemblablement pas prévue), Humanz est en tout cas tout sauf un disque désincarné, puisqu’à l’instar de ses sept ou huit projets en cours et en dépit d’un dispositif multimédia maous (comprenant applications pour smartphone et clips en réalité virtuelle), il porte très fort la marque d’Albarn dans sa fantaisie et sa mélancolie. On décèle notamment que son horizon est le Diamond Dogs de David Bowie, extravagance bâtie par l’Anglais sur les ruines d’une adaptation avortée de 1984 en comédie musicale et dont les illustrations de pochette, dessinées par feu Guy Peellaert, ont servi de référence esthétique à celle de Hewlett pour ce cinquième opus.

Au-delà du clin d’œil à l’un des plus iconiques albums de la pop apocalyptique, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

L’Orchestra Baobab : kora corps à Dakar
«Narkopop», un Gas naturel
29 avril - 5 mai
Valérie Damidot
Britpop en planches

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages