Humanitaire. L’ex-otage française Sophie Pétronin de retour au Mali

·2 min de lecture

La présence sur le sol malien de l’ancienne travailleuse humanitaire depuis mars 2021, “seulement sept mois après avoir recouvré la liberté”, a de quoi étonner, reconnaît le quotidien burkinabé Aujourd’hui au Faso qui s’interroge sur ce retour qui soulève “moult questions”, évoquant l’hypothèse d’un “syndrome de Stockholm”.

Certes, on peut reprocher à la “bonne samaritaine de Gao” d’être revenue au Mali, sans visa, lequel lui a été refusé plusieurs fois, et c’est en tant que “clandestine” avec son fils qu’elle est rentrée à Bamako par la route via le Sénégal, au vu et au su de la police des frontières, selon RFI et d’autres sources. Toujours selon ces sources, elle aurait vécu paisiblement à Bamako “d’où elle ne se serait jamais éloignée”, alors que d’aucuns parlent d’un voyage à Sikasso.

À lire aussi: Vu du Sahel. La joie, mais déjà des questions après la libération de Sophie Pétronin et Soumaïla Cissé

Si oui, qu’est-elle allée faire à Sikasso, à l’heure où le nord et le centre du Mali sont devenus des no man’s land après que Barkhane eut fait son paquetage ? Les sécurocrates maliens l’ont “signalée vers Sikasso”, soit à 350 kilomètres dans le nord-est du Mali. Qu’y faisait-elle si l’info est avérée ?

“Quiproquo” et “acte non hostile”

Si l’on doit prêter foi à ce tropisme pour le lieu où elle risque encore un enlèvement, on parlerait de syndrome de Stockholm dont serait atteinte Pétronin, du fait de finalement aimer voire tomber amoureux de ses bourreaux, ici de ses ravisseurs. Ce qu’il faut démontrer (CQFD).

À lire aussi: Vu du Sahel. Cent djihadistes valent-ils deux otages ?

D’autres questions se bousculent sans doute dans le cortex des Maliens et des Français : pourquoi c’est après sept mois de présence au Mali qu’on recherche Sophie Pétronin ? Lui reproche-t-on

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles