Les humains étaient déjà accros au tabac il y a 13 000 ans

·2 min de lecture
Des chercheurs ont en effet découvert des résidus du « tabac du coyote », une variété sauvage appelée Nicotiana attenuata, toujours présente en Amérique du Nord, dans un ancien site d’habitation datant de 12 300 ans au cœur du grand lac salé de l’Utah.

Une récente découverte dans l’Utah, aux États-Unis, prouve que les autochtones consommaient cette plante 9 000 ans plus tôt qu’on ne le supposait.

Le tabac s'est invité dans le quotidien de l'humanité bien plus tôt qu'on ne le pensait... Des chercheurs ont en effet découvert des résidus du « tabac du coyote », une variété sauvage appelée Nicotiana attenuata, toujours présente en Amérique du Nord, dans un ancien site d'habitation datant de 12 300 ans au cœur du grand lac salé de l'Utah. Selon un article publié dans la revue spécialisée Nature Human Behaviour, ces graines carbonisées se trouvaient dans les vestiges d'un foyer humain intact, où les chercheurs ont aussi déniché divers objets en pierre et en os, comme de petits outils tranchants utilisés pour la chasse. À l'époque, le grand lac salé était constitué d'immenses marais avec un climat bien plus froid qu'aujourd'hui.

Selon l'archéologue Daron Duke, auteur de l'étude, les nomades du site de l'Utah ne se sont pas servis de ces graines pour allumer le feu, car il existait d'autres moyens bien plus efficaces. Mais elles prouvent que le tabac était cueilli, puis fumé ou alors mâché pour les qualités stimulantes de la nicotine qu'il contenait. « À l'échelle mondiale, le tabac est la reine des plantes psychotropes, et maintenant nous pouvons directement retracer ses racines culturelles à l'ère glaciaire », a déclaré Daron Duke à l'agence Reuters. Jusqu'alors, la première utilisation reconnue de tabac remontait à 3 300 ans, à partir de résidus de nicotine retrouvés à l'intérieur d'une pipe en Alabama. Cette nouvelle découverte fait remonter la consommati [...] Lire la suite

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Le cancer du sein chez la femme, c’est 12 000 décès par an en France" :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles