Huit joueurs du XV de France exclus du groupe bleu pour "comportement inapproprié"

L'ailier Teddy Thomas

Huit joueurs de l'équipe de France dont la nouvelle star Teddy Thomas ont été exclus du groupe France mardi. Ils ont eu un "comportement inapproprié" et "n'ont pas respecté leur statut de joueur international".

Hors-jeu: huit joueurs du XV de France sortis dans les rues d'Edimbourg dimanche après la défaite contre l'Ecosse (26-32) dans le Tournoi des six nations ont été exclus mardi du groupe retenu pour affronter l'Italie le 23 février à Marseille, dont la principale arme offensive, Teddy Thomas. La virée nocturne de certains internationaux après le deuxième revers en deux journées du Tournoi n'était donc pas autorisée par Jacques Brunel. Et le nouveau sélectionneur a visiblement jugé cet écart un peu plus grave que le président de la Fédération: Bernard Laporte avait estimé lundi au micro d'Europe 1 que ce n'était "pas méchant".

Brunel a en effet décidé de frapper fort en se passant contre l'Italie de Thomas, Anthony Belleau, Jonathan Danty, Félix Lambey, Louis Picamoles, Rémi Lamerat, Arthur Iturria et Sekou Macalou, "sortis après la défaite en Ecosse", a indiqué l'encadrement des Bleus dans un communiqué. "Par ce comportement inapproprié, ils n'ont pas respecté leur statut de joueur international et les devoirs qui en découlent", a ajouté le staff, qui a rappelé notamment Mathieu Bastareaud et François Trinh-Duc. Morgan Parra, choix numéro 1 au poste de demi de mêlée mais forfait avant le début du Tournoi, n'a en revanche pas été convoqué, car toujours blessé au genou gauche.

Lire aussi : Sept rugbymen français interrogés comme témoins par les autorités

"Aucun crime n'a été commis"

Sur ces huit joueurs exclus, cinq (Belleau, Danty, Lambey, Picamoles et Lamerat) avaient été sortis lundi matin à l'aéroport d'Edimbourg de l'avion des Bleus par la police écossaise, qui les a entendus comme simples témoins potentiels à la suite d'informations sur une agression sexuelle dans le centre-ville. La police a conclu après(...)


Lire la suite sur Paris Match

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages