Huit heures « d'horreur », Nadine Trintignant raconte le drame à travers un documentaire

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La mère de Marie Trintignant, Nadine, a donné une interview au magazine Gala dans laquelle elle se confie de manière bouleversante.

Cela fait 18 ans que la réalisatrice Marie Trintignant est morte. En 2003, les médias français annonçaient que la jeune femme était décédée sous les coups de son compagnon, le chanteur Bertrand Cantat.
Nadine Trintignant se confie aujourd’hui au magazine Gala, à l’occasion de la sortie de son documentaire consacré à Marie et intitulé Marie Trintignant, tes rêves brisés.

Dans cet entretien, la mère de Nadine Trintignant revient sur les huit jours « d’horreur » qui ont suivi les coups portés par son compagnon et pendant lesquels Marie était placée dans le coma à Vilnus (Lituanie).

Elle évoque aussi la manière dont sa fille se voulait rassurante lorsqu’elle parlait à sa mère de ses disputes avec ses partenaires de vie :

« Marie m’a dit des tas de fois, quand elle s'engueulait avec un de ses mecs et qu’elle me le racontait : ‘Ne t’en fais pas, je suis un camion, il ne m’arrivera jamais rien’ »

La suite, on la connaît.

Nadine Trintignant évoque aussi un échange de textos, deux semaines avant le crime : « Deux semaines avant le drame, elle m'avait envoyé un sms, un vers de Baudelaire : 'Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille' et c'était signé : 'Ta fi-fille battue’ ».

Des mots, dit-elle, qu’elle n’a pas « su décoder. » Des mots bouleversants. Le documentaire sera diffusé le mercredi 26 janvier prochain sur Arte.

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles