Hugo Clément menacé lors de ses reportages, il se confie sur sa façon de gérer la peur et les tensions (VIDEO)

·1 min de lecture

Le journaliste Hugo Clément, invité de Jade et Éric Dussart dans On refait la télé sur RTL samedi 20 février, s'est confié à l’occasion de la diffusion, ce dimanche 21 février à 20h50 sur France 5, du nouveau numéro de son émission Sur le front. Engagé dans plusieurs causes, comme l’environnement et la défense des animaux, il dit avoir reçu, à plusieurs reprises, des menaces sur les réseaux sociaux : "Nous, on va sur un sujet et après on rentre chez nous. Les gens qui sont le plus exposés aux menaces sont ceux qui vivent sur place et qui toute l’année sont au contact de leur combat", a-t-il dit, insistant sur le fait que "ce sont ceux sur le terrain qui se battent".

Éric Dussart a profité de l’interview pour revenir sur le passage d’Hugo Clément dans les émissions Quotidien et Le Petit journal, présentées par Yann Barthès. Quand il y travaillait, le journaliste prenait des risques face à des militants politiques énervés. "Est-ce que vous aimez vous faire insulter ?" lui a demandé l’animateur. Ce à quoi Hugo Clément a répondu en souriant "pas du tout", avant de poursuivre : "Je pense que c’est aussi le rôle des journalistes de mettre le doigt là où ça fait mal."

Le journaliste avoue avoir peur pendant certains tournages de ses reportages : "Je pense que c’est sain d’avoir peur, car ça évite aussi certaines erreurs, il faut marcher au feeling". Et d'expliquer : "Il y a des moments où on a peur et donc on n’y va pas. On se préserve, le plus important, c’est la sécurité de l’équipe." (...)

Lire la suite sur le site de Télé 2 semaines

Bruno Madinier (Meurtres à Etretat) : "J’ai été victime de mon succès"
Thierry Ardisson : "Dans Tout le monde en parle, on picolait beaucoup, il y avait un côté soirée..."
Benjamin Castaldi : "La TNT n'a pas révélé un vivier de talents"
Rugby : rencontre avec Marie-Alice Yahé, la commentatrice de Canal+
Charles Berling (Tu es mon fils, TF1 Séries Films) : "L'image de la télé commence à changer"