Hubert Védrine : "Quand on prenait un café avec Mitterrand, on entrait dans un roman"

·1 min de lecture

Il a bien connu le président François Mitterrand. Avant de devenir ministre des Affaires Etrangères en 1997, Hubert Védrine a été porte-parole de la présidence de la République française de 1988 à 1991 et secrétaire général de la présidence de la République française de 1991 à 1995. Invité de Ça fait du bien vendredi pour la publication de son Dictionnaire amoureux de la géopolitique, il se souvient au micro d'Anne Roumanoff du pouvoir d'attraction de François Mitterrand.

>> Retrouvez toutes les émissions d'Anne Roumanoff en replay et en podcast ici

Le diplomate, qui accompagnait le premier président socialiste sur tout son deuxième mandat, explique qu'il ne s'est jamais ennuyé aux côtés de François Mitterrand. Et que le faire relevait quasiment de l'impossible. "Il donnait une intensité incroyable à n'importe quel moment", se souvient-il.

"C'était extraordinaire"

Selon lui, le plus banal échange avec François Mitterrand devenait un moment suspendu. "Le simple fait de discuter trois minutes avec lui, de prendre un café, vous donnait l'impression d'entrer et de faire partie d'une sorte de roman, de projet, voire de complot", explique encore l'ancien ministre. "C'était extraordinaire".

Quand François Mitterrand fait entrer Hubert Védrine au palais présidentiel, ce dernier n'a que 34 ans. Une rupture pour les habitudes politiques de l'époque qui explique, en partie, la passion avec laquelle le diplomate parle de l'ancien président. "A l'Elysée, il y avait un mélange de gens...


Lire la suite sur Europe1