Huawei: Trudeau refuse d'intervenir dans le processus d'extradition de Meng Wanzhou

Le Premier ministre Justin Trudeau refuse d’intervenir dans le processus judicaire concernant l’extradition de Meng Wanzhou vers les États-Unis. Plus tôt cette semaine, des personnalités canadiennes ont demandé au Premier ministre de renvoyer la numéro deux de Huawei pour que les deux ressortissants canadiens en prison en Chine depuis plus de 18 mois puissent rentrer chez eux.

De notre correspondante à Québec,

Le Premier ministre canadien refuse de céder à la demande d’anciens ministres des Affaires étrangères et d’anciens ambassadeurs. Parmi eux, Robert Fowler, un ex-ambassadeur canadien lui-même otage au Niger en 2009.

Ces personnalités interviennent pour que Michael Kovrig et Michael Spavor ne subissent plus les effets de la querelle entre les États-Unis et la Chine. Pourtant, pour Justin Trudeau, mettre fin au processus d’extradition de Meng Wanzhou ouvre la porte à d’autres tentatives de chantage dans l’avenir.

« De libérer Meng Wanzhou mettra en danger des milliers de Canadiens qui voyagent en Chine et à travers le monde, en indiquant que c’est possible qu’un gouvernement ait une influence politique sur le Canada en arrêtant des Canadiens de façon aléatoire. C’est absolument inacceptable », estime-t-il.

Le processus d’extradition contre Meng Wanzhou, la numéro deux de Huawei, pourrait se poursuivre encore plusieurs années. Un délai condamnant Michael Spavoret Michael Kovrig à rester encore enfermés dans leur prison chinoise.

À lire aussi : Trudeau «très déçu» par la décision de Pékin d'inculper d'espionnage deux Canadiens