Huîtres : malgré la crise, les ostréiculteurs se préparent pour les tables de Noël

Six semaines avant le réveillon de Noël, c'est l'effervescence dans l'exploitation d'huîtres de Dominique Favier, à La Tremblade (Charente-Maritime). Ici, la dizaine de salariés et les saisonniers travaillent à bonne distance, mais autant que les années précédentes, comme si le coronavirus n'existait pas. Depuis le mois de septembre, déjà 70 tonnes d'huîtres ont été vendues à travers le monde. L'huître de Charente-Maritime est souvent la reine des tables de fin d'année."Je pense qu'il y aura bon espoir" Dominique Favier est optimiste : la période représente plus d'un tiers de son chiffre d'affaires. "C'est difficile pour nos clients de nous donner des prévisions parce que, eux, ne savent pas comment ils vont être confinés et ce qu'il va se passer chez eux à Noël, indique l'ostréicultrice. Je pense qu'il y aura bon espoir, que le consommateur se fera plaisir et mangera quelques huîtres". Les huîtres à l'heure de Noël : un enjeu économique pour la Charente-Maritime. À l'approche des fêtes, l'ostréiculture représente plus de 6 000 emplois.