« HPI » : que vaut la saison 2 de la série phénomène de TF1 ?

Morgane (Audrey Fleurot) n'a pas l'intention de se faire voler la vedette par une plante verte. 
Morgane (Audrey Fleurot) n'a pas l'intention de se faire voler la vedette par une plante verte.

Dès la séquence prégénérique du premier épisode diffusé ce soir sur TF1, le ton est donné. On y retrouve Morgane Alvaro, dont c'est le grand retour à l'antenne, en pleine scéance de shopping dans une galerie marchande, façon Pretty Woman bien sûr, comme nous l'indique sans finesse l'accompagnement musical de la scène. Sauf que la bruyante héroïne de la première chaîne, identification oblige, court les boutiques flanquée de sa marmaille. L'occasion en quelques secondes de non seulement nous offrir un petit panorama du dressing tapageur d'Audrey Fleurot, mais surtout de replanter gentiment le décor, flashy tendance fluo, de HPI, la seule série à pouvoir se targuer d'avoir fait exploser les audiences l'an dernier, en rameutant près de 10 millions de fidèles devant l'écran. Du jamais-vu en cette ère télé post-Netflix !

Alors, comme les téléspectateurs doivent en avoir pour leur argent, pas question de les décevoir. « Mon cerveau marche bien; et moi; je cours derrière », affirme Morgane qui, grâce à son haut potentiel intellectuel – et comique –, surveillée par son Karadec de boss enamouré, va résoudre, les faux ongles dans le nez, mystère sur mystère. De quoi donner un bon coup de « taser » à nos mornes jeudis soir !

La saison 2 démarre sur les chapeaux de roues. Quitte à pousser un peu loin les curseurs de la potacherie avec une Audrey Fleurot multipliant moues, mimes et reparties bien tournées (« Pourquoi vous êtes en rogne ? On vous a piqué votre gel hydroalc [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles