« HPI » : Une saison 2 à très haut potentiel de succès

FRANCOIS ROELANTS / ITINERAIRE PRODUCTIONS / SEPTEMBRE PRODUCTIONS / TF1

COME-BACK - Morgane Alvaro reprend du service ce jeudi à 21h10 sur TF1 dans la saison 2 de « HPI »

Morgane Alvaro reprend du service ! TF1 diffuse dès ce jeudi à 21h10 la saison 2 de HPI. Avec 11,5 millions de téléspectateurs en moyenne, la première saison de la comédie policière portée par Audrey Fleurot avait battu des records d’audience, devenant la troisième série française la plus regardée de l’histoire de la télévision après Dolmen (2005) et Le Comte de Monte-Cristo (1998).

Avec son génie incontrôlable, ses tenues improbables et son franc-parler jubilatoire, l’intrépide Morgane Alvaro n’a pas fini de bousculer le commandant Karadec (Mehdi Nebbou) et ses collègues de la DPJ de Lille. Pourquoi cette saison 2 a un très haut potentiel de succès ?

L’écriture de cette saison 2 a commencé en amont de la diffusion de la saison 1. « On a voulu pousser les curseurs de ce qui nous avait plu, comme le mélange des genres et du polar », explique Alice Chegaray Breugnot, cocréatrice et directrice d’écriture de la série, que 20 Minutes a rencontré lors d’une table ronde à Séries Mania. « Ce qui est compliqué, c’est de retrouver les mêmes ingrédients tout en renouvelant », prévient Audrey Fleurot.

Une saison 2 qui « ne s’interdit rien »

Cette saison 2 démarre tambour battant avec un « craquage shopping » en mode Pretty Woman. « On ne s’interdit rien. On a envie d’explorer les genres et(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« Visitors » : Simon Astier s’est bien entouré pour sa « drôle » de série de science-fiction
« Drôle » : On a fact-checké le personnage d’Aïssatou avec l’humoriste Véronique Gallo
« Oussekine », le récit intime d’une « page sombre de l’histoire française »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles