HPI : pourquoi la série avec Audrey Fleurot suscite la colère chez les personnes à haut potentiel intellectuel

·1 min de lecture

Audrey Fleurot s’est visiblement beaucoup amusée à tourner dans HPI, la nouvelle série que TF1 lance en prime time ce jeudi 29 avril. L’actrice y incarne Morgane Alvaro, une exubérante mère de trois enfants célibataire, femme de ménage dans un commissariat de police, qui va mettre son intelligence au service des enquêteurs. Diagnostiquée HPI, pour Haut Potentiel Intellectuel, elle analyse les situations et les petits détails à la manière d’un Sherlock Holmes. Dès les premières bande-annonces, où l’on peut par exemple voir Morgane calculer le montant exact de ses courses à la vitesse de l’éclair, des critiques ont commencé à apparaître sur les réseaux sociaux. « Être HPI, ce n’est pas pouvoir calculer en deux secondes un ticket de caisse... C’est beaucoup plus complexe que ça », « J'ai malheureusement vu un extrait et j'ai trouvé ça d'une violence inouïe. C'était dans le cliché de la calculatrice humaine, relativement dénuée d'empathie, très froide avec les autres et un air très convaincu. J'ai trouvé ça malaisant au mieux », ont écrit des internautes estimant que la série de TF1 « pue le cliché et la caricature » des hauts potentiels intellectuels.

Clément Garin, chroniqueur de Touche pas à mon poste, s’est indigné contre la série : « Etant moi-même HPI, je suis ulcéré par ce scénario ultra-caricatural. C'est quoi l'idée ? Laisser entendre que les HPI sont des fous à 18 de tension ? Je râle souvent pour rien mais là, je suis consterné. » Le journaliste a été choqué de voir « ce (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Mort d'"El Risitas" : l'homme au rire le plus célèbre du web s'est éteint à 65 ans
The Voice 2021 : la décision radicale prise par la production à la veille de la demi-finale
Michel Drucker nu devant les infirmières : ce qu'il redoutait qu'elles fassent quand elles étaient chez elles
Mort d'Yves Rénier : pourquoi sa fille Lola ne lui a plus adressé la parole pendant trois ans
10 ans de mariage de Kate et William : pourquoi leur cérémonie a coûté beaucoup moins cher que celle d'Harry et Meghan