Les Houthis du Yémen ciblent un site pétrolier de Saudi Aramco

·2 min de lecture
LES HOUTHIS DU YÉMEN CIBLENT UN SITE PÉTROLIER DE SAUDI ARAMCO

SANAA (Reuters) - Les Houthis du Yémen ont lancé des drones et tiré des missiles dimanche sur des installations de la compagnie pétrolière saoudienne Aramco et sur des cibles militaires dans des villes saoudiennes, ce que Ryad a qualifié d'attaque manquée contre la sécurité énergétique mondiale de la part du groupe affilié au régime iranien.

Le ministère saoudien de l'Énergie a déclaré qu'un chantier de stockage de pétrole à Ras Tanura, site d'une raffinerie et plus grande installation de chargement de pétrole en mer au monde, avait été attaqué avec un drone venant de la mer. Le ministère de la Défense a précisé que le drone armé avait été intercepté et détruit avant d'atteindre sa cible.

Le ministère a également déclaré que des éclats de missile étaient tombés à Dhahran près d'un complexe résidentiel utilisé par Saudi Aramco, la plus grande compagnie pétrolière au monde, ajoutant qu'aucune attaque n'avait fait de victimes ou entraîné des pertes matérielles.

"De tels actes de sabotage ne visent pas seulement le Royaume d'Arabie saoudite, mais aussi la sécurité et la stabilité des approvisionnements énergétiques dans le monde, et donc, l'économie mondiale", a déclaré un porte-parole du ministère dans un communiqué aux médias d'Etat.

Plus tôt dimanche, la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite luttant contre les Houthis avait intercepté 12 drones armés visant des "cibles civiles".

Les sites attaqués se trouvent sur la côte du Golfe, dans la province orientale, où la plupart des installations de production et d'exportation d'Aramco sont installées.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, avait subi en 2019 une attaque de grande ampleur de missiles et de drones contre des installations pétrolières à quelques kilomètres de celles touchées dimanche, que Ryad avait imputé à l'Iran malgré le démenti de Téhéran.

Cette attaque avait contraint l'Arabie saoudite à suspendre plus de la moitié de sa production de brut, provoquant une flambée des prix.

La coalition conduite par l'Arabie saoudite avait annoncé plus tôt dimanche le bombardement de plusieurs cibles appartenant aux Houthis après des attaques de drones lancées par leur mouvement.

Les Houthis multiplient depuis plusieurs mois les offensives transfrontalières vers l'Arabie saoudite.

Les rebelles chiites soutenus par l'Iran ont revendiqué l'an dernier des attaques à l'aide de drones contre plusieurs installations d'Aramco, dont le plus grand site mondial de transformation de brut.

En réponse, la coalition mène régulièrement des frappes aériennes contre des territoires détenus par les Houthis.

(Bureaux du Golfe, Marwa Rashad à Londres, Nayera Abdallah et Ahmed Tolba au Caire et bureau du Yémen, version française Nicolas Delame et Benjamin Mallet)