Les hostilités au Proche-Orient entrent dans leur deuxième semaine

·2 min de lecture

L'aviation israélienne a pilonné la bande de Gaza à des dizaines de reprises dans la nuit de dimanche à lundi. Des centaines de bâtiments ont été endommagés. Les hostilités sont entrées dans leur deuxième semaine sans aucun signe d'apaisement, malgré les appels internationaux à une trêve.

L'armée israélienne a mené aux premières heures, lundi 17 mai, une intense série de frappes sur Gaza, après une semaine noire ayant fait au moins 200 morts dans les violences entre l'État hébreu et le Hamas islamiste.

Dans la nuit de dimanche à lundi, l'aviation israélienne a pilonné la bande de Gaza à des dizaines de reprises en l'espace de quelques minutes, provoquant des coupures de courant, a constaté un journaliste de l'AFP. Des centaines de bâtiments ont été endommagés, d'après les autorités locales, qui n'ont pas fait état de victimes dans l'immédiat. Au petit matin, les rues de l'enclave côtière où vivent deux millions de personnes étaient désertes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des routes, des bâtiments sécuritaires, des camps d'entraînement militaires et des habitations ont été bombardées, ont dit des témoins à Reuters. Des explosions pouvaient être entendues en différents points de l'enclave palestinienne.

L'armée israélienne a indiqué, lundi, dans un communiqué avoir ciblé neuf maisons appartenant à des hauts commandants du Hamas et qui servaient pour certaines à "stocker des armes".

>> À voir : Conflit israélo-palestinien : au cœur de Saint-Jean-d'Acre, ville mixte en proie aux violences

Bilan le plus lourd dimanche

"Il n'y a jamais eu de frappes d'une telle ampleur", a témoigné Mad Abed Rabbo, 39 ans, qui vit dans l'ouest de la ville de Gaza, faisant part de son "horreur, peur". "J'ai eu l'impression de mourir", a déclaré une autre habitante de Gaza, Mani Qazaat. "Netanyahu doit se rendre compte que nous sommes des civils, pas des militaires".

Ces nouvelles frappes israéliennes interviennent alors que l'enclave palestinienne, contrôlée par les islamistes du Hamas, a enregistré dimanche son bilan quotidien le plus lourd depuis le début de ce nouvel épisode de violences : 42 Palestiniens, dont au moins huit enfants et deux médecins, ont péri dans des raids, selon le ministère de la Santé local.

Au total, depuis le 10 mai, 197 Palestiniens ont été tués, dont au moins 58 enfants, et plus de 1 200 blessés. Côté israélien, 10 personnes ont été tuées dont un enfant, et 282 blessées après des tirs de groupes armés palestiniens depuis Gaza.

Avec AFP et Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles