Hospitalité. Face à la “crise humanitaire afghane”, Airbnb s’engage à aider des réfugiés

·1 min de lecture

L’entreprise américaine souhaite venir en aide à 20 000 réfugiés afghans dès ce mardi 24 août, par le biais de sa fondation caritative. Si les modalités de l’opération restent encore floues, le patron d’Airbnb assure “avoir le devoir d’agir” face au désastre humanitaire qui se profile.

C’est un “acte de compassion”, un geste “généreux”, selon la presse anglo-saxonne. La plateforme de réservation de logements en ligne Airbnb a annoncé ce mardi vouloir aider les Afghans qui fuient leur pays, désormais aux mains des talibans. Peu de temps après la prise de Kaboul, relate le Guardian, l’entreprise américaine s’était déjà associée avec plusieurs associations humanitaires pour préparer l’accueil et l’hébergement des 165 premiers demandeurs d’asile afghans arrivés aux États-Unis.

L’initiative – financée entre autres par la plateforme et par son directeur général et cofondateur, Brian Chesky – doit permettre d’héberger environ 20 000 personnes en provenance d’Afghanistan grâce à des logements gratuits ou à bas prix mis à disposition par des “hôtes” volontaires. Airbnb n’a néanmoins pas précisé la durée de l’opération, ni les pays qui pourraient être concernés.

“Des dizaines de milliers de réfugiés afghans s’installent à l’étranger, ils vont prendre un nouveau départ et ils auront besoin pour cela d’un logement”, a expliqué sur Twitter Brian Chesky, cité par le journal britannique. La prise de pouvoir des talibans risque, selon lui, de provoquer “l’une des plus grandes crises humanitaires de notre époque”, et il enjoint les entreprises à prendre leurs responsabilités.

La “pression” de l’opinion publique

Saluée par les médias

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles