Hospices de Beaune : oui, non, oui et en fait non

Par Arthur Frydman
·1 min de lecture
Fiasco. La crainte est devenue réalité. Dans une année où les soignants en avaient plus que besoin, la vente viticole de charité, prévue à 14 h 30, est annulée. 
Fiasco. La crainte est devenue réalité. Dans une année où les soignants en avaient plus que besoin, la vente viticole de charité, prévue à 14 h 30, est annulée.

Se tiendra, ne se tiendra pas. Après de multiples rebondissements, la grand-messe internationale des vins de Bourgogne, qui devait se tenir aujourd'hui sous le marteau de Christie's, n'aura finalement pas lieu. Nicolas Rolin et son épouse, Guigone de Salins, les fondateurs des Hospices « des pôvres » en 1443, doivent se retourner dans leur tombe après cet imbroglio inédit. Un fiasco qui a duré plus de 24 heures, laissant quelque espoir aux organisateurs, aux acheteurs professionnels, au personnel soignant de France ? en première ligne face au virus et destinataires des fonds récoltés ? jusqu'au couperet final.

Lire aussi Vins ? À Beaune, le lourd défi de Marc Lavoine

Début novembre, Alain Suguenot, maire LR de Beaune annonce que la vente est sauvée. Alléluia, la préfecture de Côte-d'Or valide une vacation qui se tiendra principalement en ligne, avec très peu d'acheteurs présents et à travers un protocole sanitaire strict. Quelques jours plus tard, le nom du parrain est dévoilé. Suspense? ça sera Marc Lavoine, qui devra faire le show derrière son écran d'ordinateur pour faire grimper les enchères. Tout le monde souffle. Mais vendredi soir, vers 20 heures, coup de théâtre. Le Conseil des ventes volontaires (CVV), autorité qui régule les ventes aux enchères ? donc Christie's ?, suspend l'événement.

Lire aussi Hospices de Beaune : suspendue, la vente est finalement maintenue

En cause ? La vente violerait les règles du confinement. Décidés à ne pas se laisser f [...] Lire la suite