"Hors de propos": accusé d'antisémitisme après des déclarations sur Zemmour, Mélenchon se défend

·4 min de lecture

Le député et candidat France insoumise pour la prochaine présidentielle avait estimé qu'Éric Zemmour ne pouvait être antisémite car il "reproduit des traditions liées au judaïsme."

"Je demande qu’on respecte ma pensée et qu’on ne la confonde pas avec ses interprétations par mes adversaires." Dans un long texte diffusé sur Facebook ce vendredi en début après-midi, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon répond aux accusations d'antisémitisme dont il fait l'objet sur les réseaux sociaux depuis des déclarations tenues sur notre antenne. 

Tout commence ce jeudi, lorsque celui qui est candidat pour la troisième fois à la présidentielle est invité sur le plateau de BFMTV. Interrogé sur les propos d'Haïm Korsia, le Grand Rabbin de France qui avait assuré que le polémiste Éric Zemmour était "antisémite certainement, raciste évidemment", Jean-Luc Mélenchon a tout d'abord assuré qu'il aimait "bien ce type de paradoxe." 

"Mais il se trompe, monsieur Zemmour ne doit pas être antisémite parce qu’il reproduit beaucoup de scénarios culturels: on ne change rien à la tradition, la créolisation, mon dieu, quelle horreur... Tout ça ce sont des traditions qui sont beaucoup liées au judaïsme. Ça a ses mérites, ça lui a permis de survivre dans l’Histoire. Donc moi je ne crois pas qu’il soit antisémite, enfin je ne sais pas, parce que véritablement ce n’est pas vraiment mon problème s’il est antisémite, il sera condamné. Il est raciste, ça c’est sûr, il a été condamné pour ça", avait-il développé.

"Jusqu'à la nausée"

Sur Twitter, la courte séquence est depuis plusieurs heures partagée par de nombreux comptes dont celui de la Licra qui évoque "l'ethnologue Jean-Luc Mélenchon reconduit à la tête du musée des Arts et Traditions antisémites." Pour Nathan Guedj, co-secrétaire de la section rhodanienne d'EELV qui se dit 'très choqué", "on peut lui laisser le bénéfice du doute 1 fois, 2 fois, 3 fois mais à un moment donné stop." 

Face à ces accusations, le député des Bocuhes-du-Rhône réplique. "Encore et encore. À chaque occasion l’accusation d’antisémitisme revient comme une accusation contre moi par les mêmes haineux", débute-t-il, soulignant que ces mises en cause étaient "lancées et alimentées par l’extrême droite. [...] Sans fondement, sans argument, à tous propos et surtout hors de propos. Jusqu’à la nausée."

Pour le cas présent, Jean-Luc Mélenchon estime que "(sa) conviction est faite" et que le polémiste, qui n'est toujours pas officiellement candidat à l'élection présidentielle, est "le porte drapeau de la tradition antisémite de l’extrême droite française."

Pour autant, l'homme politique l'assure, "ma conviction est que toutes les religions comptent des ultra-traditionnalistes qui finissent par déraper. Et Zemmour participe de leur mentalité [...] partage leur vision d’un monde fermé où le futur doit être un passé toujours recommencé de traditions immuables dont on ne doit rien changer. Si l’on a compris autre chose de mon propos c’est qu’on m’a mal compris", insiste-t-il.

Critique d'un système 

Dans la dernière partie de son message, Jean-Luc Mélenchon se dit "prêt à admettre" qu'il s'est "mal exprimé", "puisque j’ai donné prise à des interprétations qui sont au contraire de ce que je pense", poursuit-il.

"Mais je ne veux pas que les initiateurs de ce nouvel épisode croient à ma naïveté sur ce type de campagne. L’un après l’autre TOUS les porte-paroles de notre mouvance politique dans le monde en ont été accusés chacun à leur tour dans un même but de flétrissement personnel. Et cela fonctionne ensuite comme une consigne de vote", dénonce-t-il de nouveau.

Toujours sur Twitter, au milieu des dizaines d'accusations, ses plus proches collaborateurs font front commun. C'est le cas de Muriel Rozenfeld, responsable des relations presse de la France insoumise qui, elle-même de confession juive, affirme que son candidat "n'est pas antisémite." 

"Ceux qui l'attaquent sur ce point devraient avoir honte. Arrêtez ce buzz minable!", conclut-elle.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Voici OEED - Léa Salamé jugée agressive avec Jean-Luc Mélenchon :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles