"Honteux", "nauséabond"... La classe politique dénonce des propos "complotistes" de Mélenchon

·3 min de lecture

De nombreux responsables politiques ont dénoncé des propos "complotistes" du chef de file des Insoumis. Le candidat à la présidentielle a envisagé la survenue d'un "grave incident ou meurtre" dans la dernière semaine de la campagne présidentielle.

La controverse prend de l'ampleur. Du gouvernement à l'opposition en passant par la mère d'une victime, les critiques fusent depuis les propos polémiques tenus dimanche par Jean-Luc Mélenchon

Invité de l'émission Questions Politiques de France Inter, le chef de file des Insoumis a laissé entendre qu'un "grave incident ou un meurtre" pourrait survenir au cours de la dernière semaine de campagne de la présidentielle à laquelle il est candidat. "Tout ça c'est écrit d'avance", a lancé le député insoumis - une séquence que vous pouvez écouter en intégralité ici.

Des propos condamnés par le gouvernement

Une déclaration vivement décriée et dénoncée par plusieurs membres de l'exécutif. "Les masques tombent une fois de plus", écrit ainsi sur Twitter la secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et de l'Engagement Sarah El Haïry, qualifiant Jean-Luc Mélenchon d'"irresponsable politique qui salit ceux qui sont tombés face aux terroristes".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune déplore quant à lui le "triste effondrement moral" du député français: "l'insinuation c'est la négation de la démocratie". Des insinuations "indignes" pour Olivier Dussopt qui regrette que celles-ci sortent de la bouche d'une personnalité "si cultivé(e)". 

"Une insulte inouïe pour les victimes de Merah et pour Xavier Jugelé", ajoute le ministre délégué chargé des Comptes publics.

Colère de parents de victimes de Merah

Jean-Luc Mélenchon avait notamment appuyé ses propos controversés en évoquant l'agression d'un retraité - "Papy Voise" - en 2002, les tueries de Mohamed Merah survenues en mars 2012 à quelques semaines de la présidentielle ainsi que la mort de Xavier Jugelé, un policer assassiné sur les Champs-Elysées à trois jour du premier tour de 2017.

Des références qui ont fortement déplu à Albert Chennouf-Meyer, père du caporal Abel Chennouf, et à Latifa Ibn Ziaten, mère du parachutiste Imad Ibn Ziaten. Deux militaires assassinés en 2012 à Toulouse par Mohamed Merah.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Les propos de Jean-Luc Mélenchon sont inadmissibles et ne devraient même pas être tenus", a dénoncé la mère de la première victime du tueur. "Le respect, c'est un minimum pour l'honneur de mon fils, des autres victimes et des familles endeuillées."

Des propos que semblent partager le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, ce dernier ayant retweeté le message d'indignation de Latifa Ibn Ziaten. Audrey Pulvar, candidate de "Paris en Commun" pour les régionales en Île-de-France, a pour sa part relayé sur Twitter la position du président de SOS Racisme: "Les mots doivent éclairer et non ajouter au trouble". Enfin Manuel Valls, de retour en France après deux années passées à Barcelone, dresse le constat de "gauches irréconciliables".

"Minable"

Même indignations de l'autre côté de l'échiquier politique. Le maire de Nice Christian Estrosi se désole de voir que Jean-Luc Mélenchon "dérive vers les pires théories complotistes". 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Par ses propos, il vient salir la mémoire des Français victimes de la barbarie islamiste. C'est indigne, honteux, minable", ajoute l'édile sur les réseaux sociaux.

Enfin le maire de Béziers Robert Ménard, proche du Rassemblement national, s'interroge sur la pensée politique du leader des Insoumis, présenté comme un "islamogauchiste" et un "complotiste". 

"Dans quel c** de basse fosse finiront cet homme et son mouvement", écrit l'ancien journaliste.

Face à la polémique grandissante, Jean-Luc Mélenchon a répondu aux critiques dans un communiqué publié dimanche soir sur son compte Facebook, se disant victime des "complotistes anticomplotistes" et dénonçant un "coup monté à partir d'une phrase".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles