La Hongrie va “trop loin” dans ses mesures face à la crise, dénonce l’Union européenne

Ursula von der Leyen tire la sonnette d'alarme face à certaines dérives constatées chez quelques membres de l'Union européenne, dans la mobilisation généralisée face à la pandémie de coronavirus sur le vieux continent. La présidente de la Commission européenne s'est dite jeudi "particulièrement préoccupée" par la situation en Hongrie après l'adoption de mesures spéciales pour faire face à la crise. "Je comprends que les Etats membres doivent prendre des mesures d'urgence pour faire face à la crise sanitaire immédiate. Mais je m'inquiète que certaines mesures aillent trop loin. Et je suis particulièrement préoccupée par la situation en Hongrie", a-t-elle déclaré au cours d'une conférence de presse. "Nous prendrons des mesures si nécessaires, comme nous l'avons fait par le passé", a-t-elle ajouté.

La cheffe de l'exécutif européen avait déjà adressé un avertissement mardi dans une déclaration écrite sur le respect de l'Etat de droit en lien avec les différentes mesures d'urgence prises par les Etats membres. Mais elle ne citait pas explicitement la Hongrie, où le Premier ministre Viktor Orban a obtenu le feu vert du Parlement pour légiférer dans le cadre d'un état d'urgence d'une durée indéterminée. "Les gouvernements ont besoin d'outils pour agir rapidement pour protéger la santé publique et de nombreux Etats membres le font actuellement", a une nouvelle fois souligné Mme von der Leyen jeudi.

>> A lire aussi - "Dans le passé, les mesures de confinement se sont révélées efficaces pour freiner le développement des maladies"

"Nous surveillons et faisons le point sur la situation en général, mais ces mesures d'urgence doivent être limitées à ce qui est nécessaire, elles doivent être strictement proportionnées, elle ne doivent pas durer indéfiniment et, c'est très important, elles doivent être soumises à une surveillance régulière", a-t-elle déclaré.

>> A lire aussi - Nostalgie et Rubik's Cube, 5 choses à savoir sur la Hongrie

Viktor Orban, coutumier des tirades contre Bruxelles,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Chine, Etats-Unis, Europe : qui sera le plus affecté par la crise ?
Des millions de masques pour l’Aquitaine bloqués dans un bouchon en Chine
Ces salariés au chômage partiel qu’on force à travailler, SFR récolte la palme des mécontentements… Le flash éco du jour
Ces 15 métiers qui recrutent pendant le confinement
La date des soldes d’été reportée ?