Hongrie : le programme Erasmus suspendu dans les universités “orbanisées”

HVG

En Hongrie, les 21 universités administrées par des fondations liées au gouvernement de Viktor Orban, dont plusieurs établissements de Budapest et les principales facultés de province, sont exclues jusqu’à nouvel ordre des projets financés dans le cadre des programmes d’échange européens Erasmus et Horizon.

Motif : la présence de figures politiques actives et de proches du pouvoir dans les conseils d’administration de ces établissements. Cette décision, approuvée le 15 décembre par les ministres des Finances européens et confirmée début janvier par la Commission européenne, accompagne le blocage de 6,3 milliards d’euros de fonds de cohésion.

Potentiel isolement

Dans le sous-titre de la couverture de son édition du 19 janvier, l’hebdomadaire libéral HVG évoque une “claque” qui “déclasse la science hongroise”. Le magazine illustre l’emprise du gouvernement sur les universités par un homme en costume, vêtu d’une cravate orange (couleur de la Fidesz, le parti au pouvoir) et d’une chaussette aux tons du drapeau magyar, qui écrase du pied le Penseur de Rodin.

Le cabinet Orban “joue la stupéfaction” et “dénonce une vengeance” ciblant les étudiants hongrois, mais la Commission “avait plusieurs fois signalé ses réserves quant à l’influence politique sur les universités”, note HVG.

Le pouvoir et le monde de la recherche hongrois risquent de perdre “des centaines de milliards [de forints]” si le Premier ministre Orban “continue de maintenir la vie scientifique sous sa coupe”, renchérit HVG. Mais au-delà du volet financier, le “potentiel éclatement du réseau de relations internationales” construit par les universités magyares “pendant des décennies” représenterait également une “importante perte”. Reconstruire la confiance avec les partenaires étrangers serait “un procédé long et difficile”, considère le magazine.

Négociations imminentes

Les étudiants magyars “ont rejoint l’Europe plus tôt que le pays”, souligne un autre article. Les premières bourses Erasmus “ont été ouvertes en 1998, six ans avant l’entrée de la Hongrie au sein de l’UE”. “Trois mille étudiants hongrois partent apprendre à l’étranger chaque année et 80 000 ont fréquenté une université d’un autre pays plus ou moins longtemps depuis l’accession au programme, choisissant en priorité les établissements allemands”, précise l’hebdomadaire.

[...] Lire la suite sur Courrier international