Publicité

Hongrie : la présidente démissionne après avoir gracié un condamné impliqué dans une affaire de pédocriminalité

En réponse à l’indignation, Katalin Novak renonce à son poste. Samedi, la présidente hongroise a annoncé sa démission, lors d’une allocution solennelle. Depuis plusieurs jours, la dirigeante est sous le feu des critiques, après des révélations concernant sa décision de gracier un condamné impliqué dans une affaire de pédocriminalité, rapporte Le Monde.

À lire aussi « Les conditions ne sont pas remplies » : la Hongrie bloque toujours l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne

À l’occasion de la visite du pape François à Budapest en avril 2023, Katalin Novak avait en effet accordé le pardon présidentiel à une vingtaine de personnes, dont un ancien directeur adjoint d’un foyer pour enfants. Or ce dernier avait été condamné en 2022 à plus de trois ans de prison pour avoir couvert les agissements de son supérieur, selon le média d’investigation 444. À la suite de ces révélations, des manifestants s’étaient notamment rassemblés devant le palais présidentiel, vendredi, pour réclamer la démission de Katalin Novak.

Mea culpa

« La grâce accordée et le manque d’explications ont pu susciter des doutes concernant la tolérance zéro en matière de pédophilie. Or il ne peut y avoir de doute à ce sujet », a déclaré Katalin Novak, avant de présenter sa démission. « Je m’excuse auprès de ceux que j’ai blessés et de toutes les victimes qui ont pu avoir l’impression que je ne les soutenais pas », a-t-elle ajouté, lors de son allocution.

À lire aussi Ambiguïté de la Hongrie su...


Lire la suite sur LeJDD